La ville de Spa sera-t-elle bientôt inscrite au patrimoine mondial de l'humanité?

La ville de Spa sera-t-elle bientôt inscrite au patrimoine mondial de l'humanité?
La ville de Spa sera-t-elle bientôt inscrite au patrimoine mondial de l'humanité? - © JEAN-LUC FLEMAL - BELGA

Une étape importante sera franchie dans les prochains jours. Une délégation spadoise enmenée par la nouvelle bourgmestre va en effet se rendre au siège de l'Unesco, à Paris, le 22 janvier. Elle y déposera officiellement le dossier de candidature de la ville d'eau. Une candidature commune avec dix autres villes thermales européennes, dont Vichy en France ou encore une ville d'eau en République tchèque.

Si l'Union fait la force, elle a pris du temps à s'organiser. Ce dossier devait être déposé en janvier de l'année dernière, mais les problèmes de langues, donc de traduction, et la lenteur des décisions politiques ont retardé le bouclage du dossier.

Mais quels sont les atouts que la ville de Spa a mis en avant pour séduire l'Unesco? Nous avons posé la question à Sophie Delettre, la nouvelle bourgmestre libérale de la cité thermale: "Ce sont des villes thermales européennes, donc évidemment c'est une reconnaissance pour le patrimoine thermal" explique-t-elle. "Mais la plus-value de Spa dans cette candidature, c'est le patrimoine que nous avons au niveau naturel. C'est le paysage thérapeutique. Tout le sud de Spa avec les promenades, avec l'ensemble des sources qui se situent dans les bois spadois".

Pas de subsides, mais du prestige et de la visibilité

Si Spa est inscrite au patrimoine mondial de l'humanité, ça ne lui rapportera pas de subsides, mais du prestige, de la visibilité ... et donc plus d'attrait touristique. Et c'est l'ambition de Sophie Delettre pour la ville de Spa: "La première économie de Spa, c'est le tourisme. Donc évidemment, c'est sur ceci que l'on mise également". Avec, à terme, une hausse sensible de la fréquentation: "Les chiffres au départ sont relativement importants puis ils se stabilisent. Donc on imagine une croissance de l'ordre d'une dizaine de pourcents à terme".

Après le dépôt de cette candidature commune le 22 janvier, les experts de l'Unesco auront un an pour visiter toutes les villes candidates et rendre leur verdict.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK