La Ville de Liège a présenté son compte 2016

La Ville de Liège a présenté son compte 2016
La Ville de Liège a présenté son compte 2016 - © RTBF - Martial Giot

Globalement, la satisfaction est au rendez-vous. Ce compte est en effet très proche des prévisions, c'est-à-dire du budget. Michel Firket, l'échevin liégeois des finances: "La seule chose qui accuse un mali, c'est la non perception des additionnels au précompte immobilier. Une fois de plus, l'état fédéral est en retard dans ce processus. C'est un manque à gagner pour nous de 5,2 millions qui correspond tout à fait au mali du compte 2016. Un peu comme l'an dernier, cette non perception de 6,6 millions à l'IPP qui s'était traduite par un mali du compte 2015. L'histoire se répète un peu. Pour le PRI, les 5,2 millions ont été récupérés en 17 mais ne pourront affecter que le compte 17 bien entendu. Donc globalement, le compte est à l'équilibre".

La Ville maîtrise donc ses dépenses, sans se priver d'investir: "Les dépenses d'investissements restent substantielles, près de 40 millions d'euros, sans compter les subventions régionales et européennes, qui permettent de doubler ce chiffre".

Le plan de gestion actualisé soumis au vote le 26 juin

Toujours en ce qui concerne les finances de la Ville de Liège, cette dernière doit remettre à la Région wallonne pour le 30 juin une version actualisée de son plan de gestion. La nouvelle mouture arrêtée vendredi dernier par le Collège communal sera soumise au vote du Conseil communal lors de sa séance du 26 juin. Elle comprend 30 mesures de gestion supplémentaires, aux impacts financiers divers.

Quelles sont celles qui devraient avoir les impacts les plus importants? La réponse de l'échevin liégeois des finances, Michel Firket: "C'est évidemment en termes de recettes, ce qu'on appelle le contrat mobilier urbain, une redevance annuelle de 5 millions d'euros durant les 5 premières années, et puis 3,5 millions les 5 années suivantes, et puis 2 millions encore les années suivantes. Il y a aussi tout un effort qui est fait relativement au précompte immobilier et au revenu cadastral. Il y a aujourd'hui 28 000 immeubles qui sont réputés sans confort, c'est-à-dire sans chauffage central ni salle de bain. Évidemment, ils ne sont pas 28 000 dans cette situation-là, et donc nous allons interroger tous les propriétaires qui verront, mais petitement, leur revenu cadastral augmenter en fonction de leurs réponses bien entendu. Mais des contrôles seront pratiqués. Et de ces investigations, nous allons retirer des sommes importantes au fil des ans qui seront répercutées sur les Liégeois, c'est vrai, mais surtout sur les non Liégeois propriétaires de beaucoup d'immeubles de mauvaise qualité parfois dans Liège".

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir