La Verviétoise Marie-Madeleine Crickboom inaugurera les carillons restaurés du Palais National de Mafra au Portugal

La Verviétoise Marie-Madeleine Crickboom à son carillon habituel de Notre-Dame à Verviers.
2 images
La Verviétoise Marie-Madeleine Crickboom à son carillon habituel de Notre-Dame à Verviers. - © DR

C’est un bel honneur qui échoit à la carillonneuse titulaire de Notre-Dame des Récollets à Verviers, Marie-Madeleine Crickboom: l’artiste verviétoise vient d’être invitée, via le groupe des carillonneurs liégeois, à l’inauguration des carillons du Palais National de Mafra, situé à 25 kilomètres au Nord de Lisbonne, la capitale portugaise.

Seule wallonne invitée

Les samedi 1er et dimanche 2 février, elle prendra place devant le clavier et le pédalier de ces carillons dont le Palais veut célébrer leur récente restauration en grandes pompes; plusieurs carillonneurs venus de l’étranger ont été conviés à cette manifestation musicale parmi lesquels Marie-Madeleine Crickboom sera la seule wallonne. Il faut dire que l’artiste est renommée dans son domaine: outre ses multiples concerts à Notre-Dame à Verviers, elle se produit régulièrement dans de nombreux édifices religieux belges mais aussi à l’étranger comme ce fut le cas notamment à Bergues dans le Nord de la France.

Cette fois, c’est dans un pays et un édifice inconnus pour elle que Marie-Madeleine Crickboom exercera son art: le Palais National de Mafra, le plus prestigieux bâtiment baroque du Portugal, a été érigé au 18ème siècle sur les ordres du Roi Joao V; il comporte notamment une basilique flanquée de deux tours abritant chacune un carillon. Les deux instruments sont parmi les plus grands du monde et rassemblent 98 cloches; celles de la Tour Nord ont été fondues au 18ème siècle à Liège par Nicolas Lavache, ce qui explique en grande partie l’invitation d’un artiste liégeois à l’inauguration des deux carillons.

Instrument plus lourd, exercice délicat et performance physique

Si Marie-Madeleine Crickboom mettra tout en œuvre pour sortir le grand jeu pour faire honneur à cette invitation, l’exercice s’annonce cependant périlleux: "Les carillons ne sont pas standard", explique l’artiste. "Il va falloir m’adapter à l’instrument que je vais avoir devant moi; le carillon de Notre-Dame à Verviers est un carillon léger qui fait environ trois tonnes et demi tandis que le carillon du Palais Mafra fait plus de 40 tonnes, et chacune des cloches pèse dix fois plus, ce qui va me demander un effort physique supplémentaire pour bien enfoncer les touches."

La carillonneuse a donc dû trouver des solutions pour se préparer à l’aventure musicale portugaise; or, ce type de carillon est rare dans nos contrées: "Exactement le même clavier se trouve à l’école royale de carillon de Malines où j’ai donc pu m’entrainer en vue de l’inauguration de Mafra. C’est toujours stressant de devoir proposer de la bonne musique dans des conditions différentes et puis lors de l’inauguration, il y aura d’autres carillonneurs de haut vol qui vont écouter et donc il faudra être au top!"

Un programme musical liégeois !

Marie-Madeleine Crickboom fera jouer sa grande expérience au moment de se présenter devant le clavier et le pédalier du prestigieux palais; elle devra faire honneur à son excellente réputation. Quant au programme musical qu’elle a choisi, il sera de deux ordres: "C’est essentiellement le samedi que je vais jouer", explique-t-elle, "de la musique du 18ème siècle, en majorité, écrite par des compositeurs italiens comme Marcello et Vivaldi, mais on m’a aussi demandé d’exécuter des œuvres de compositeurs liégeois en hommage au fondeur liégeois Nicolas Lavache et donc je vais jouer trois pièces d’André-Modeste Grétry, ainsi que deux noëls populaires liégeois."

L’espace d’un week-end, la carillonneuse verviétoise va donc se faire l’ambassadrice de la musique classique et populaire liégeoise au cœur du Portugal.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK