La société sérésienne CMI affiche une santé éclatante

Le centre d'expertise du soudage, au cœur des innovations technologiques de CMI
Le centre d'expertise du soudage, au cœur des innovations technologiques de CMI - © Tous droits réservés

La société CMI vient de publier ses chiffres pour l'année écoulée. Elle a enregistré près d'un milliard et demi de nouvelles commandes au cours des douze derniers mois. Elle présente un volume d'affaires en hausse de 47%. Un résultat d'exploitation qui dépasse les 100 millions. La société CMI emploi près de 5000 personnes, et, en région liégeoise, 100 de plus que l'an passé.

L'un des facteurs qui explique cette situation exceptionnelle, c'est l'équilibre, la complémentarité, entre les diverses branches, défense, énergie, industrie, qui composent l'entreprise.

Une révolution énergétique

La société CMI construit en ce moment, dans le désert d'Atakama, au nord du Chili, une centrale thermo-solaire qui préfigure un changement radical dans l'approvisionnement en électricité. Ce sont plusieurs milliers de miroirs, disposés en cercles concentriques, qui renvoient les rayons, et donc la chaleur, vers le sommet d'une tour haute de 200m, où une chaudière produit de la vapeur qui fait ensuite tourner une turbine qui produit du courant (jusqu'ici, c'est un procédé relativement classique),  mais où du sel fondu circule dans des tubes, du sel fondu et non de l'eau, comme habituellement, et c'est là la nouveauté: du sel fondu qui peut être stocké, et être utilisé plus tard. L'installation peut fonctionner jour et nuit. La puissance est de 110megawatts. Mais les plans d'une deuxième et troisième phase sont déjà dessinés, qui devraient atteindre l'équivalent d'un petit réacteur nucléaire. C'est un projet financé par le groupe Abengoa, dont l'endettement risque néanmoins de ralentir le rythme des développements futurs.

Cette réalisation suppose quelques avancées technologiques de premier ordre. Les tuyauteries doivent être très fines pour permettre les échanges calorifiques. Elles doivent être d'une résistance hors pair, puisqu'elles charrient du sel. Elles sont donc composées d'une base nickel, avec des éléments en aciers très particuliers. L'assemblage réclame un savoir-faire en techniques de soudage, et la société CMI a d'ailleurs lancé, en octobre, un centre d'expertise en la matière, où une vingtaine de travailleurs hautement qualifiés sont chargé du prototypage, puis de l'écolage des collègues.

Selon la société CMI, dans une décennie, le coût de production devrait se situer en dessous du prix de revient des unités au charbon.

Une mission américaine

Un autre contrat fait la fierté du groupe CMI: c'est un cooperative research and development agreement, en abrégé un "crada", conclu avec l'armée américaine, pour les études relatives à la conception d'une nouvelle tourelle de char à l'horizon 2020.

La société CMI, depuis longtemps, a multiplié les procédés,  des vérins, des freins de bouche, qui, au moment d'un tir, absorbent l'énergie du canon, et donc, limitent le recul. Ce qui permet d'installer de plus gros calibres sur des véhicules plus légers, donc plus mobiles, et plus aisément transportables par avions sur divers théâtres d'opération.

Ce n'est pas le seul avantage par rapport aux concurrents: l'angle de tir maximal est de 42°, au lieu de 15° généralement. Ce qui autorise  l'usage des blindés équipés de tourelles CMI en artillerie, pour viser des cibles hautes, voire derrière une colline. C'est la raison, d'ailleurs, pour laquelle la société sérésienne conçoit un drone, en complément de ses tourelles, pour que l'opérateur puisse viser ce qu'il ne voit pas.

Les amélioration à attendre de ce programme de recherche pour le département de la défense des Etats-Unis concernent principalement l'allègement -encore!- de la structure des tourelles par l'emploi de matériaux composites, mais également des gains de vitesse dans le domaine de l'opto-électronique, de façon raccourcir les temps de chargements des munitions et de déploiement de contre-mesures.

Les sommes en jeu dans cette mission ne sont pas énormes. Elles donnent à CMI une plus-value mondiale en terme de notoriété.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK