La SNCB rappelle qu'il est interdit de circuler dans les gares à vélo ou en trottinette notamment

Circuler dans une gare sur une trottinette, un vélo, des rollers, un gyropode, un hoverboard ou un skate-board est interdit. Certains le font quand même. Pour rappeler cette interdiction, la SNCB a lancé lundi une campagne d’affichage dans cinq grandes gares : Bruxelles-Midi, Liège-Guillemins, Mons, Gand et Louvain. Il est possible que cette campagne soit ensuite étendue à d’autres gares.

Recrudescence des plaintes

Elisa Roux, porte-parole de la SNCB, explique : "Il est interdit de circuler à vélo, en trottinette ou tout autre moyen de transport dans les gares et sur les quais pour des raisons évidemment de sécurité puisque ça peut blesser les voyageurs, notamment les enfants, mais aussi parce que cela entrave la circulation des voyageurs. Donc, si vous êtes à vélo ou en trottinette, il faut descendre et marcher à côté de son vélo ou de la trottinette." Si la SNCB a lancé cette campagne, c’est parce qu’elle était confrontée à une recrudescence des infractions. "Avec le succès croissant des trottinettes et des autres véhicules partagés, les gens en utilisent de plus en plus, parfois les laissent dans nos gares, parfois les utilisent dans nos gares. On a une recrudescence des plaintes de nos voyageurs et des membres de notre personnel vis-à-vis des personnes qui restent sur leurs trottinettes en gare. En cas de non-respect de la loi, la personne s’expose à une amende de 50 euros." Une amende qui peut grimper à 150 euros en cas de récidive.

Les avis des usagers de Liège-Guillemins

A Liège, par exemple, trois panneaux ont été placés à l’entrée principale de la gare des Guillemins. "Je les ai remarqués en rentrant.", témoigne une usagère, "Ils disent qu’il ne faut pas rouler en vélo, pas rouler en trottinette, en rollers, en skate-board, qu’on peut pousser son vélo et qu’il y a des caméras qui nous surveillent." Des gens circulant dans la gare en trottinette, par exemple, elle en a déjà vus. Trouve-t-elle cela dangereux ? "Ils ne font pas attention aux autres, mais bon c’est à nous de faire attention aussi."

Cet autre usager passe un long moment devant une des affiches. Il nous avoue ne pas en avoir compris le sens dans un premier temps. Mais il juge favorablement ce rappel des interdictions : "J’en ai déjà vu plus d’un. Sur les quais, ça défile par moments."

Quelques minutes plus tard, un cycliste, poussant son vélo, passe entre les panneaux. Il applique parfaitement ce qu’ils prescrivent même s’il n’a pas remarqué leur présence : "Comme je suis navetteur, ça fait des années que je sais que je peux pas être sur le vélo dans la gare." Voit-il d’autres personnes moins respectueuses de l’interdiction ? "Ces derniers temps, en tout cas à vélo, non. Les trottinettes, je n’ai pas fait gaffe mais je n’ai pas l’impression que ce soit si fréquent."

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK