La simulation de chute libre : la sensationnelle alternative au parachutisme pour ceux qui ont le vertige

Cet été, l’équipe de RTC a décidé de se faire des biscoteaux. Dès ce samedi 15 août, ils lancent leur série hebdomadaire "RTC fait son sport". Des capsules de six minutes où journalistes et animateurs de la chaine de télévision locale partent à la découverte d’activités sportives à réaliser dans la région liégeoise.

"Le sport est un peu à l’arrêt pour le moment… Mais ce n’est pas pour ça qu’on ne peut pas en faire ! Alors, on s’est demandé pourquoi ne pas proposer des activités à faire au public. Et encore mieux : pourquoi pas les tester pour eux ?!", interpelle Pierre Devillers, au micro d'Olivier Colle dans Liège matin dans le cadre "#Restart", le plan de la RTBF lancé en soutien à la culture et aux médias, secteurs durement touchés par la crise du Covid-19.

Gonflés à bloc

Pour le premier épisode de cette série d’été, le journaliste s’est aventuré hors de sa rédaction pour une bonne bouffée d’air. Avec ses acolytes, il a fait le grand saut (ou presque) : ils se sont jetés dans le simulateur de chute libre du Fly-In de Bierset. "C’est le tube le plus large d’Europe avec 5,2 mètres", précise-t-il.

"C’est sensationnel ! Je n’ai encore jamais testé le parachute, mais parait que ça s’en rapproche !" compare-t-il. Pierre Devillers est d’ailleurs convaincu que la simulation de chute libre est une alternative solide pour ceux qui souffrent du vertige, mais qui ont tout de même envie de virevolter dans les airs : "Avec nous, on avait Philippe Malburny, notre rédacteur en chef, qui a le vertige. Il se disait qu’il n’aurait jamais pu faire de saut en parachute." Alors quid d’une simulation ? "Spoiler : il n’a pas eu de souci avec le vertige !" divulgue Pierre Devillers.

Une expérience qui décoiffe

L’expérience a d’ailleurs fait l’unanimité auprès des journalistes de RTC, bien qu’ils ne soient pas encore tout à fait prêts à accomplir des figures aussi monumentales qu’ils ne le voudraient. "Sans un moniteur pour nous guider, je pense qu’on est collés soit au plafond, au sol ou contre un mur !", assure le parachutiste novice amusé.

"On a tendance à se crisper… Donc il faut déjà arriver à se relâcher. Il faut cambrer aussi : on a tendance à regarder le sol parce qu’on veut savoir où on va, mais l’important c’est de regarder devant soi et garder une forme bien aérodynamique en banane."

Leurs prouesses aériennes à admirer ce samedi 15 août sur RTC ou dès à présent sur leur site internet.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK