La ruine du restaurant liégeois Mamé Vî Cou en passe d’être réhabilitée

Pendant des années, ce restaurant a été l’un des fleurons de la gastronomie liégeoise, entre savoir-faire régional et cuisine roborative, mais de qualité, où le lard avait la saveur du lard, et la crème l’épaisseur de la crème. Mais, situé dans une ruelle très étroite et mal famée à deux pas de la collégiale Saint-Denis, il a fini par perdre ses clients. Le bâtiment est à l’abandon, et il ne tient plus que grâce à des étançons. Mais juste à l’arrière, de l’autre côté du pâté de maisons, se trouve l’hôtel Amosa, propriété d’une famille limbourgeoise qui possède également dans le quartier pas moins de cinq immeubles à appartements de tourisme. Les gestionnaires viennent de déposer une demande de permis pour agrandir l’hôtel vers l’ancien Mamé Vî Cou. Les promoteurs se montrent d’une extrême discrétion sur leurs intentions. Seules quelques vues du bureau d’architectes habituel du groupe Amosa laissent entrevoir ce que le lieu pourrait bientôt devenir. Loin de la "fermette citadine", certes, mais le temps des regrets est révolu.

2 images
"Voorontwerp" Amosa hotel Luik © oog3
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK