La rentrée approche aussi pour les sociétés de transport scolaire, avec des inconnues

La rentrée des classes c’est aussi la perspective d’une reprise d’activité pour les sociétés spécialisées dans le transport scolaire.

Depuis le début de la crise sanitaire, le secteur a d’abord vécu un arrêt total, puis une reprise partielle en mai et juin.

Aujourd’hui, une reprise totale est annoncée, en tout cas pour le ramassage scolaire. Mais il reste pas mal d’inconnues.

La société Satracom assure du transport scolaire un peu partout en province de Liège, avec quelque 120 véhicules, son directeur général, Pierre Denis, explique : "Nous serons prêts avec tout notre dispositif. Nous avons reçu les directives du Ministre Henry concernant la sécurité à respecter à bord des véhicules, que nous sommes en train de diffuser auprès de notre personnel. Contrairement à ce qui s’est passé fin de l’année scolaire dernière, toutes les places pourront être occupées dans les véhicules. Les enfants à partir de 12 ans devront porter le masque, ainsi que le chauffeur et la convoyeuse. Il y aura dans chaque école un responsable désigné pour traiter d’éventuels problèmes se présentant dans les bus. Nous offrirons donc une capacité maximum de transport à tous les enfants qui sont habituellement inscrits, mais nous ne pouvons évidemment pas savoir si l’ensemble des enfants fréquenteront le transport scolaire. Ça, nous devons attendre que la rentrée soit effective pour pouvoir le constater."


►►► À lire aussi : Garderies, masques, bulle sociale : toutes les questions que vous vous posez sur la rentrée scolaire au temps du coronavirus


Il y a le ramassage, mais aussi des transports scolaires pour d’autres activités, et là… "C’est beaucoup plus imprévisible évidemment au niveau des autres activités, par exemple des transports de piscine ou les transports pour les visites médicales etc., nous n’avons pas la certitude que l’ensemble de ces transports vont pouvoir reprendre de façon normale."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK