La Région Wallonne va-t-elle se pencher sur le salaire du management de la FN ?

Le parlement wallon discute actuellement d'un projet de décret pour limiter les salaires des managers publics de la Région et de divers organismes qui en dépendent. Un plafond de 250 000 € à 300 000 € bruts, est évoqué. En marge de ces discussions, des questions se posent à la Fabrique Nationale, dont le capital est détenu par le gouvernement wallon, et où ces montants semblent allègrement dépassés...

Lorsque en 2009, la FN se choisit un nouveau patron, elle désigne Philippe Claessens au poste d'administrateur délégué. Mais elle confie la gestion quotidienne à une firme de consultance et de conseils dénommée IMCS, dont le gérant est... Philippe Claessens. Selon les comptes, déposés à la Banque nationale, cette société ne déclare pas de personnel, pas d'employé, pas de charge salariale, mais un "résultat d'exploitation" qui, selon les années, tourne autour de 750 000 €. Parfois 1 000 000....

Que représente cette somme ? Logiquement, il doit s'agir de la rémunération pour les prestations de management de la FN, dont il est difficile d'imaginer qu'elles ne requièrent pas une occupation à temps plein.

Trois quarts de million, c'est beaucoup, c'est trois fois plus que le plafonnement des salaires que la Région Wallonne s'apprête à imposer à ses hauts fonctionnaires, aux dirigeants d'intercommunales, d'organismes publics, ou des sociétés privées qui constituent ses "bras financiers" pour intervenir dans le développement industriel. Juridiquement, l'entreprise herstalienne n'est pas concernée par le projet de décret. Mais c'est une filiale à 100% de la Région Wallonne. La manière dont elle "sous-traite" sa direction (et à quel coût) pose sans doute des questions éthiques, et donc politiques.  Ni la Fabrique Nationale, ni le ministre de l’Économie, n'ont souhaité s'exprimer...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK