La prime d'intéressement, dans le viseur de la direction de la Fabrique Nationale

410€ bruts, un bonus salarial rikiki, cette année, à la FN (illustration d'après la page d'accueil du site fnherstal.com)
410€ bruts, un bonus salarial rikiki, cette année, à la FN (illustration d'après la page d'accueil du site fnherstal.com) - © Tous droits réservés

C’est traditionnellement au début du mois de mai que l’entreprise herstalienne arrête ses comptes annuels, soumis en juin à l’approbation des actionnaires. Les résultats, qui ne sont pas officiels à ce stade, réservent quelques étonnements. Le chiffre d’affaires tourne selon nos informations autour de quatre cent trente millions, en dessous des prévisions, et le dividende promis au gouvernement wallon, serait de sept millions, en baisse par rapport à l’an dernier.

C’est que l’année a été pleine d’incertitudes, et que des licences à l’exportation sont arrivées fort tard. Et comme le climat ne s’améliore pas, la Fabrique Nationale a constitué des provisions, des réserves. Elles réduisent le bénéfice brut à pas grand-chose. Et c’est du côté des travailleurs que la surprise s’annonce très mauvaise. La prime annuelle d’intéressement, le "bonus salarial" octroyé collectivement si les objectifs de la société sont atteints, cette prime se limite à 410€. Brut, bien sûr.

A titre de comparaison, au cours de la décennie, elle a régulièrement été sept à huit fois plus généreuse. Habituellement, c’est à la suite de longues grèves que la somme se réduit. Cette fois, c’est clairement une conséquence de la situation économique et politique. Elle risque de provoquer des grincements de dents. La direction devrait annoncer dans la foulée, pour adoucir le choc, une prime exceptionnelle "covid" d’à peu près le même montant, pour compenser les "facteurs d’adversité".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK