Francorchamps : la police contrôlera en masse pour faire respecter le huis clos du Grand Prix de F1

Le prochain Grand Prix de Belgique de Formule Un se déroulera à huis clos sur le circuit de Francorchamps. Aucun spectateur ne sera admis non seulement dans l’enceinte du circuit, mais aussi dans les abords immédiats. Et des contrôles massifs auront lieu. Des mesures qui s’appliqueront du jeudi 27 août à 8h jusqu'au dimanche 30 à 18h.

C’est une confirmation et un appel de la part de Spa Grand prix, l’organisatrice de l’événement, et de sa directrice générale Vanessa Maes : "Malheureusement, et je ne pensais pas un jour devoir dire ça, mais s’il vous plaît restez chez vous, regardez le Grand Prix sur la RTBF, et restez dans votre salon. Il en va de l’image de notre Grand Prix, de l’image du pays et de notre image sur la scène internationale". Cet événement, il était important de l’organiser malgré les contraintes : "C’était primordial parce qu’il y a énormément de pays qui poussent pour entrer sur le calendrier F1. Il fallait y rester".

Drones, hélicoptères, chevaux…

Ne pas tenter d’approcher du circuit ce week-end-là, un mot d’ordre que la police contrôlera avec des moyens importants : "La police locale sera présente aux endroits les plus sensibles pour bien faire la part des choses et discerner la population locale des éventuels fans qui voudraient s’introduire dans les zones interdites. Dans ces zones à contrôler, nous aurons un déploiement de moyens plus spéciaux de la police fédérale tels que l’hélicoptère, des drones, la police à cheval et d’autres patrouilles", prévient le commissaire divisionnaire Jean-Marc Demelenne.

Trois zones ont été prévues. Deux zones d’exclusion de tout qui n’est pas accrédité et une de dissuasion où il faudra montrer patte blanche et avoir une bonne raison de s’y trouver. Rappel de l’amende : 350 euros.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK