La mobilisation contre l'extension de la prison de Lantin s'intensifie

La mobilisation contre l'extension de la prison de Lantin s'intensifie
La mobilisation contre l'extension de la prison de Lantin s'intensifie - © Tous droits réservés

La mobilisation se poursuit contre l'extension de la prison de Lantin. La commune a dit non, les riverains ont dit non. Et parmi eux, la ferme de L'arbre, dont une partie des terres pourraient être réquisitionnées.
Cette fois c'est notamment  la Ligue des Droits de l'Homme et l'Observatoire international des prisons qui montent au créneau.
Pour Nicolas Cohen, coprésident de l'OID, cette extension ne doit pas se faire :  cette extension s'inscrit dans le cadre d'un Master Plan que l'on a toujours critiqué dans ses différentes moutures;  parce qu'il n'a, comme seule et unique vocation, de construire plus de prisons, plus de béton et n'améliore jamais les conditions de détention des détenus. Et ici, la question de Lantin, et du choix du terrain pour cette nouvelle maison d'arrêt de 300 places est celle d'un terrain cultivé déjà exploité par une ferme. Ca renvoie à l'idée qu'on détruit du terrain sur lequel on peut faire des projets de société ou d'agriculture; et on remplace ça par du béton, par de l'enfermement qui malheureusement n'apporte jamais rien puisqu'en terme de politique pénitentiaire et d'humanisation de la détention, rien n'est fait ces dernières années par les gouvernements successifs.

L'Observatoire international des prisons pointe l'absence d'évaluation des fonctionnements des nouvelles prisons (Beveren, Leuze, Marche), pour mesurer l'impact des PPP (partenariat public-privé). Démarrer de nouveaux projets comme celui de Lantin, c'est aller droit dans le mur. Les partenariats public-privé, c'est un choix des gouvernements de construire des nouvelles prisons, en confiant la construction et en louant ensuite les établissements à des propriétaires privés. En soi cela peut être envisagé, poursuit Nicolas Cohen, mais, ce que l'on constate, c'est que ces choix-là n'ont pas été fondés sur des motifs pertinents, la cour des comptes a critiqué les évaluations lacunaires et aujourd'hui avec trois prisons qui fonctionnent sur ce modèle, on ne sait pas si ça correspond aux attentes; on sait en revanche que ça ne répond pas aux problèmes de surpopulation.  On ne prouve actuellement à personnes qu'il s'agit du meilleure utilisation des deniers publics.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK