La ministre Alda Greoli et ses mandats "oubliés"

Alda Greoli
Alda Greoli - © Tous droits réservés

C'est une tradition du milieu de l'été: la Cour des Comptes publie la liste officielle des fonctions et professions des mandataires publics. C'est un prescrit légal. C'est, chaque année, l'occasion de dresser l'état des lieux de la bonne gouvernance et du décumul. Mais également de voir quels sont les élus qui ne sont pas en ordre de déclaration.

Pour la région liégeoise, sous cet angle, les manquements ne sont pas légion. Sont en défaut, un conseiller communal d'Oreye, une autre d'Aubel, ou encore l'ex-échevin Jean-Yves Marquet, de Theux, et l'ex-échevine  Michèle Thielen de Welkenraedt, mais ils ont démisionné, l'un et l'autre, en début d'exercice.  L'ancien bourgmestre de Lierneux, André Samray, habituellement "en ordre" est également épinglé, mais il affirme qu'il a rempli ses obligations en temps opportun.

Plus curieux, plusieurs ministres ont omis de mentionner plusieurs mandats. Sept, selon différents organes de presse, pour Alda Greoli.

Selon son porte-parole, il s'agit pour l'essentiel de postes qu'elle a occupés lorsqu'elle a été secrétaire nationale des Mutualités Chrétiennes, sans rémunération et sans remboursement de frais, et dont elle a démissionné dès qu'elle a commencé à travailler pour le gouvernement wallon. Selon nos informations, il en subsiste néanmoins deux, deux conseils d'administration où, selon le Moniteur, elle siège toujours. A titre bénévole, sans doute, mais le souci n'est pas essentiellement pécuniaire. L'une de ces associations travaille dans le secteur hospitalier, et Alda Greoli a la santé parmi ses compétences.

C'est notamment pour éviter le risque de conflit d'intérêts, ou l'apparence d'un conflit d'intérêts, que la déclaration de mandats se doit d'être exhaustive....

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir