La Lumière : une création il y a 100 ans pour les aveugles de la Grande Guerre

Un atelier de réfection de chaises comparable à celui créé par La Lumière à Liège il y a 100 ans
4 images
Un atelier de réfection de chaises comparable à celui créé par La Lumière à Liège il y a 100 ans - © Tous droits réservés

Ce 11 novembre, ce sera le centenaire de l'Armistice de la 1ère guerre mondiale, mais de cet événement découle aussi un autre centenaire, celui de l'œuvre liégeoise La Lumière, qui se consacre aux aveugles et malvoyants. Au début, il s'agissait d'aveugles blessés de guerre. Une histoire toute particulière.

Ce sont deux jeunes liégeoises, résistantes et courageuses infirmières, qui recueillaient les soldats revenus du front et qui étaient frappés de cécité à cause des gaz moutarde. Comme personne ne s’en occupait et qu’ils n’avaient plus de travail, elles les ont remis au travail au travers d’ateliers de main d’œuvre de chaiserie et de confection de brosses. Ça leur permettait de venir en aide à leur propre famille et de se sentir encore utiles dans la société. Elles faisaient ça bénévolement et elles les aidaient aussi avec leurs propres fonds parce qu’à ce moment-là, il n’y avait aucune allocation pour les personnes aveugles ", détaille Line Brasseur, chargée de communication de La Lumière.

Au départ, elles sont venues en aide à une dizaine d’aveugles qui revenaient du front, et puis ça s’est agrandi de plus en plus. Elles ont fait appel à des bénévoles, d’autres dames de la région, parce que de plus en plus d’aveugles venaient vers elles. Non seulement les blessés du front mais c’est devenu aussi tous les aveugles civils ", ajoute-t-elle.

Parmi les premiers bénéficiaires de " La Lumière ", Henri Dandrifosse. C’est en 1919 qu’il apprend la création de l’institution. En 1920, il fait son entrée à l’atelier de rempaillage de chaises installé rue Saint-Gilles, à Liège. Il y apprend la brosserie, le cannage et le rempaillage des chaises, la confection de mannes et de paniers, et l’écriture braille. Selon sa fille, Anne-Marie Dandrifosse, il y a découvert un nouveau métier et un nouvel espoir : celui de pouvoir travailler et d’espérer se marier et fonder une famille.

Aujourd'hui, La Lumière représente 120 employés, 300 bénévoles au service de 1.500 aveugles et 8.000 malvoyants.

Marche aux flambeaux

La première manifestation de La Lumière pour ce centenaire se déroulera ce vendredi soir. Au programme, une soupe accessible à tous à 18h et une marche aux flambeaux dès 19h20 au départ de la rue Sainte Véronique. La marche fera un arrêt au monument des Terrasses, où seront allumés les flambeaux, avant de rejoindre l'hôtel de ville de Liège.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK