La ligue des usagers culturels épingle les francofolies

Une restriction à la gratuité pour le troisièmeâge spadois qui n'est pas au goût de la Ligue des usagers Culturels
2 images
Une restriction à la gratuité pour le troisièmeâge spadois qui n'est pas au goût de la Ligue des usagers Culturels - © Stephane Deleersnijder / L.U.C

Les prix "LUC", qui récompensent ou fustigent les bonnes ou mauvaises pratiques des organisateurs de concerts ou d'expositions et les salles de spectacles, doivent être décernés dans une semaine, mais les "nominés" sont  dès à présent connus. Ils se répartissent en diverses catégories, selon les secteurs d'activités. Et deux d'entre eux sont liégeois.

Elément plutôt insolite, le musée de la Boverie est  retenu à la fois à titre positif et à titre négatif. Positif, parce qu'il propose la gratuité jusqu'à 26 ans, et pas seulement aux mineurs d'âge, comme souvent ailleurs. Négatif, parce qu'une toile majeure de l'actuelle exposition des chefs d'oeuvre, la célèbre "Famille Soler", est absente jusqu'à la mi-janvier, et que ce n'est pas suffisamment signalé aux visiteurs, dans les dépliants ou à l'entrée, ce qui provoque quelques déceptions....

Autre lauréat éventuel, mais pas pour un "bon point": les Francofolies de Spa... En cause, un léger rabotage de la "faveur" accordée aux plus vieux des citoyens de la cité thermale: pour compenser les désagréments du festival, les rues barrées, les tapages nocturnes, ils pouvaient jusqu'ici accéder sans payer à la plupart des sites à partir de 65 ans. Mais l'été dernier, la limite a été portée à 70 ans. Les sexagénaires ont dû bourse délier.  Une régression qui a suscité des mécontentements. L'accès de tous à la culture est un cheval de bataille de cette ligue. Et les combats à mener, petits ou grands, sont légion.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK