La foire de Liège est annulée 'la mort dans l'âme"

L'annonce a suivi de quelques minutes la conférence de presse du premier ministre, annonçant un renforcement des mesures Covid. La ville de Liège vient d'annoncer l'annulation de la Foire de Liège, alors que les forains étaient sur le point de s'installer dans le parc d'Avroy.

Les mesures mises en place entre les forains et la Ville (séparation du champ de foire en quatre zones distinctes avec entrée et sortie indépendantes, comptage permanent de l’assistance avec une limitation du nombre de personnes, organisation de couloir séparant les flux, le respect par chaque métier d’un protocole sanitaire strict) n'ont pas suffit. Ou plutôt, elles étaient tenables jusqu'à aujourd'hui mais le discours ferme du premier ministre sur l'augmentation du nombre de cas positifs au covid a fait pencher la balancer définitivement.

Il m’a été demandé de ne pas organiser la foire et j’ai compris les arguments."

C'est la mort dans l'âme que la Ville a pris la décision de ne pas tenir d'édition 2020 de la Foire de Liège. Willy Demeyer détaille : "J’ai eu un contact avec des ministres, avec les membres du comité de concertation, qui m’ont téléphoné et qui m’ont alerté précisément de l’évolution des chiffres, qui indiquent que nous sommes dans une phase d’alerte qui pouvait évoluer vers un stade qui deviendrait difficilement gérable. Sur cette base, il m’a été demandé de ne pas organiser la foire et j’ai compris les arguments." Le bourgmestre soutient qu'il a cependant veillé à ne pas mettre les forains dans une situation encore plus chaotique, en annonçant l'annulation de la Foire d’octobre avant qu'ils n'aient eu le temps d'installer leurs manèges.

Une catastrophe pour le secteur forain

"C’est un mélange entre déception et compréhension. Il est évident qu’il n’y a pas plus précieux que la santé. C’est le sentiment de la plupart des forains. Donc si tout cela est légitime et que les décisions ne sont pas prises à la légère, il est évident qu’il faut s’y plier de bonne grâce, malgré la déception que ça a engendré ", confie un forain qui ne pourra pas monter son manège boulevard d'Avroy cette année.

Maintenant, nous ne sommes plus inquiets, nous avons peur.

Tandis que d'autres déplorent plus ardemment la catastrophe pour le secteur : "C’est une catastrophe pour tout le secteur, pas rien que pour les forains qui participent à Liège. C’est une catastrophe pour tous les forains de la Belgique. Maintenant, nous ne sommes plus inquiets, nous avons peur", interpelle le forain Dimitri Delforge. Plus qu'une détresse financière, il soutient que pour bon nombre de ses confères, c'est également une détresse psychologique. "Psychologique parce qu’il y a des gens qui n’ont pas travaillé depuis le mois de novembre l’année passée !

La Ville remboursera aux forains les redevances déjà payées. Elle sollicite aussi les gouvernements pour qu'une aide soit apportée aux forains, qui les aides déjà reçues ne suffisent pas.

Impact économique pour l'Horeca aussi

La Foire de Liège est évidemment un moment d'effervescence pour tout le centre-ville. Sans foire, restaurateurs et tenanciers craignent pour leur chiffre d'affaire de fin d'année. Un coup dur cumulé à l'annonce de la fermeture obligatoire des bars à 23h. "Économiquement, c’est une véritable catastrophe. Je ne dis pas qu’il ne faut pas prendre des mesures, il est évident que la pandémie est là. Mais supprimer la Foire d’Octobre…", regrette le propriétaire de la Danish Tavern. "Il est fort probable que le Marché de Noël sera supprimé. Et il faut savoir que nous, de septembre à décembre dans le centre-ville de Liège, c’est une énorme partie du chiffre d’affaire de l’année qui s’en va, en sachant qu’on a eu un été très compliqué et un début d’année catastrophique."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK