La fiscalité communale, un enjeu des élections d'octobre, pour l'union des classes moyennes

La taxe sur les échaffaudages, l'une des multiples taxes locales, plutôt largement répandue
La taxe sur les échaffaudages, l'une des multiples taxes locales, plutôt largement répandue - © Michel Gretry

Taxe sur les enseignes, taxes sur les réservoirs, taxes sur les toutes-boites, taxes sur le colportage, taxe sur les échaffaudages, les villes et communes ne manquent pas d'imagination pour mettre les commerçants, les indépendants, les entreprises à contribution. En région liégeoise, en moyenne, cette fiscalité finance un quart des dépenses. Ce n'est pas négligeable, et pourtant, cette question reste largement absente des programmes électoraux des divers partis.

Or, à force de s'additionner, ces taxes finissent par devenir un frein économique, au point de parfois, selon l'UCM, tuer silencieusement les initiatives. Parce que les intéressés non plus n'ont pas toujours conscience de la somme qu'ils déboursent, au bout du compte. Lorsqu'ils s'implantent quelque part, ils ne sont pas spécialement préoccupés par ce souci; par contre, s'ils doivent déménager après quelque temps, alors, c'est clairement un critère de localisation, et ils alaysent les variations de commune à commune.

Selon l'étude de l'UCM, au cours des cinq dernières années, c'est à Fléron que la taxation sur les entreprises a, en moyenne, le plus augmenté: +70%. C'est un pourcentage. En chiffre brut, le montant reste largement inférieur à ce qui se pratique ailleurs.

Parmi les propositions de l'UCM, un allègement de la pression, une simplification, une harmonisation, ou encore une taxe sur les magasins inoccupés, une manière de transférer la charge sur les propriétaires. Autre suggestions: instaurer une taxe sur les livraisons, qui frapperait les sociétés de vente en ligne qui ne disposent pas, physiquement, d'une boutique sur le territoire belge.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK