La désignation de TramArdent est officiellement validée

C'est au bout de cette ligne droite que se situe l'un des points les plus délicats du futur chantier, puisque les bus vont être chassés de leur site propre, vers un boulevard déjà passablement embouteillé....
C'est au bout de cette ligne droite que se situe l'un des points les plus délicats du futur chantier, puisque les bus vont être chassés de leur site propre, vers un boulevard déjà passablement embouteillé.... - © Tous droits réservés

L'office wallon des transports a tenu un conseil d'administration extraordinaire, ce mercredi. Le choix de TramArdent pour construire la ligne Sclessin-Coronmeuse a été validé. En septembre, ce groupe a été désigné comme "soumissionnaire préférentiel". Les dernières semaines ont permis de régler les derniers détails et de négocier les dernières virgules de l'offre. Il ne reste plus qu'à attendre quinze jours, délai pour un éventuel recours du concurrent évincé, avant la ratification par le gouvernement régional, qui a déjà accordé sa garantie financière, une garantie assortie d'un point d'interrogation: les ministres se réservent le droit de confier l'exploitation non pas au service public comme prévu au départ, mais à une firme privée.

Comment le chantier va-t-il s'organiser ?

Il ne faut pas croire que les travaux, qui vont durer trente neuf mois, vont progresser de façon linéaire, d'un bout à l'autre du tracé:  un tronçon par-ci, un tronçon par là, TramArdent a joint à son dossier une programmation, étudiée pour réduire les désagréments en termes de mobilité. Le plan doit encore être peaufiné, pour début janvier. Il semble acquis qu'un toute première phase concernerait le dépôt de Bressoux. Les points les plus névralgiques seraient reportés plutôt après 2020. Selon nos informations, c'est le cas pour la Sauvenière, délicat puisque le tram va "chasser" les bus du couloir central du boulevard; c'est le cas pour Feronstrée, où il ne s'agit pas seulement de dévier le trafic, mais de fermer (d'ailleurs définitivement) la rue. C'est le cas enfin du pont Atlas, importante sortie nord de la ville: à cet endroit, une technique particulière de pose des rails devrait limiter les inconvénient à une courte période.

Une étape...capitale

Jusqu'ici, l'attention s'est focalisée sur les opérateurs industriels, le fabriquant espagnol CAF et la multinatuionale française Colas pour le génie civil. Le partenaire financier très discret et pourtant déterminant, c'est la société hollando-luxembourgeoise DIF. C'est un gestionnaire d'investissements pour le compte de fonds de pension ou de compagnies d'assurances. Son portefeuille dépasse les cinq milliards et demi: son métier, c'est de financer des projets d'infrastructure, dans des partenariats public-privé, un réseau d'égouts anglais, un hopital canadien, ou encore l'achat de locomotives pour les chemins de fer allemands, et de promettre des "rendements attractifs". Mais à quels taux ? C'est évidemment confidentiel....

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK