La démolition d’une centrale électrique met au jour une fresque oubliée

Un fragment de l'oeuvre de Carlo Monti (1928-2019)
Un fragment de l'oeuvre de Carlo Monti (1928-2019) - © Michel Gretry

Les travaux de démolition du transformateur de Rivage-en-Pot, au pied de la côte du Sart-Tilman, sont à l’arrêt pour des raisons de sécurité: des équipements techniques doivent encore être neutralisés avant de poursuivre. Dans l’attente, le bâtiment est complètement éventré. A travers les grillages et les interdictions de circuler, une vaste fresque se donne à voir.

Elle date de la fin des années cinquante. Elle porte la signature d’un artiste italien Carlo Monti, à l’époque jeune élève de l’académie communale des beaux-arts. Il a d’ailleurs reçu un grand prix de la ville de Liège pour cette œuvre. Il a ensuite poursuivi sa carrière de peintre, jalonnée de plusieurs expositions personnelles dans divers pays, sans atteindre jamais une notoriété internationale. Carlo Montii est décédé en janvier dernier à l’âge de nonante ans. Seule la presse locale a évoqué ses funérailles.

L’homme semble tombé dans un oubli relatif. Sa fresque plus encore. Il faut dire que le site a changé de gestionnaire à de multiples reprises: d’abord propriété d’une régie municipale, puis de Socolié  puis Intermosane puis Tecteo puis Resa puis Luminus et enfin Elia. L’état de conservation de la fresque est passablement dégradé. Le chef du chantier n’a pas prévu de mesure de précaution particulière pour un démontage éventuel. Avant qu'il ne disparaisse sous les coups des pelleteuses, il reste donc quelques jours pour redécouvrir ce témoin des heures de gloire de l’énergie publique.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK