La commune de Riemst, en recours contre les éoliennes "flamandes" à Bassenge

C’est désormais officiel : la commune limbourgeoise de Riemst a déposé un recours contre le permis délivré par l’administration wallonne pour deux éoliennes à implanter le long de l’autoroute à Bassenge, à quelques dizaines de mètres de premières habitations du côté néerlandophone de la frontière linguistique.

Le côté paradoxal de la démarche, c’est que la commune de Riemst est actionnaire, par l’intermédiaire d’une intercommunale, du promoteur du projet, le groupe Aspiravi. Mais, selon son porte-parole, le chef du département d’urbanisme de la localité, Rob Schoufs, ce n’est pas contradictoire : "Le groupe Aspiravi a demandé une autorisation wallonne pour deux éoliennes, mais il en possède déjà trois sur notre territoire, et donc, de notre point de vue, c’est un projet de cinq éoliennes qui a été saucissonné. Et, comme les vents sur le plateau attirent de nombreux opérateurs, nous voudrions une étude stratégique globale. Nous sommes pour l’énergie éolienne, mais pas n’importe quoi, n’importe où." D'autant que le dossier Aspiravi n'est pas isolé d'un contexte plus général.

Cette volonté de ne pas traiter ce genre de demandes au cas par cas, mais de les intégrer dans une réflexion d’ensemble, elle se retrouve ailleurs, parmi les autorités des villages hesbignons, par exemple. Et, dans le cas de Riemst, l’inquiétude est encore renforcée par l’annonce d’un abaissement des normes de bruits au niveau wallon.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK