La commune d'Engis poursuit son bras de fer avec le ministère des Finances

La maison communale d'Engis
La maison communale d'Engis - © Wikipedia

Le bourgmestre engissois ne décolère pas. Il voudrait savoir pourquoi l'administration des contributions directes a accordé d'énormes dégrèvements fiscaux à des entreprises implantées sur le territoire municipal et dont les additionnels à l'impôt foncier devraient, en principe, alimenter les caisses communales. L'enjeu n'est pas mince: plus d'un million et demi sur les cinq dernières années.

Ces "largesses" sont peut-être justifiées: des réductions pour cause de chômage forcé, par exemple. Mais les Engissois voudraient savoir. Pour affiner les prévisions budgétaires, par exemple. Ou pour demander des compensations régionales. Mais le ministère des finances ne veut pas communiquer les informations, au motif du secret professionnel. C'est contre ce refus qu'un recours a été introduit devant le Conseil d’État.

A ce stade, c'est l'urgence d'une éventuelle suspension, avant une éventuelle annulation, qui a été plaidée. C'est une question de forme, donc.

L'avis de l'auditeur, le magistrat qui instruit le dossier, est négatif. Mais ça ne préjuge pas de la décision qui devrait intervenir endéans le mois.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK