La Commission européenne confirme qu'ArcelorMittal doit se débarasser de certains outils

C’est une confirmation, mais elle fait mal aux sidérurgistes liégeois. La Commission européenne a confirmé lundi l’obligation pour ArcelorMittal de se séparer de certains de ses outils dans le cadre du rachat par le groupe de la société italienne Ilva. Une annonce qui intervient plus tôt que prévu puisqu’elle était attendue pour le 23 mai. Cette accélération n’est pas une bonne nouvelle, estime la FGTB, surtout par rapport à son exigence de maintenir les outils liégeois au sein d’une seule structure économique. Pour le syndicat socialiste, la porte est désormais ouverte à la revente de la sidérurgie liégeoise par morceau, ce qui pourrait aboutir à de nouvelles réductions de la production.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK