La commission des poursuites de la Chambre se penche sur le cas Mathot

Le député Alain Mathot, bourgmestre de Seraing, va-t-il perdre son immunité parlementaire ? La commission des poursuites examine son cas, ce mercredi après-midi. C'est l'affaire Uvélia, un dossier de corruption et de trafic d'influence.

Un rappel s'impose, sans doute: le dossier Uvélia, c'est l'histoire d'un incinérateur pour les ordures ménagères de l'agglomération liégeoise: le constructeur, français, a-t-il distribué des pots-de-vin à des décideurs politiques ? Le patron de la firme l'affirme, mais c'est peut-être pour justifier des transferts de fonds qu'il a organisé personnellement vers ses comptes suisses. Jusqu'où ont percolé les commissions occultes ? Qui en a bénéficié ? Des industriels ? Des bureaux d'études ? Des sous-traitants ? Ou, au-delà, des mandataires locaux ? Le député bourgmestre sérésien est soupçonné. Il est proche de plusieurs intermédiaires. Mais à l'époque de l'adjudication, voici une douzaine d'années, il ne siège nulle part où il pourrait influencer la décision....

Il reste quelques flux financiers suspects, curieux, bizarres, étranges, et la justice liégeoise voudrait amener les indices du dossier Uvélia/Mathot devant un tribunal correctionnel; ça passe par une levée d'immunité parlementaire. La demande date de mars dernier. Mais des problèmes de transmissions de pièces ont retardé la procédure.

L'intéressé a été entendu au tout début décembre. Ses avocats ont parlé d'une enquête menée exclusivement à charge. Ce mercredi, c'est le procureur général De Valkeneer qui est convoqué pour s'expliquer devant la commission des poursuites de la Chambre....

A sa sortie, peu après 17h, le magistrat a répété qu'à son estime les charges sont suffisantes pour un renvoi en correctionnelle, et il a estime que, si des problèmes de procédures se posent, ils peuvent être tranchés par le juge appelé à examiner le fond de l'affaire.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK