La collecte des électroménagers est suspendue dans trois recyparcs d'Intradel à cause des vols et des dégradations

Le recyparc de Saint-Georges-sur-Meuse n’accepte à nouveau plus vos vieux électroménagers et autres équipements électriques à partir de ce mardi 25 août. En cause : une recrudescence des vols nocturnes accompagnés de dégradations. A Saint-Georges, la collecte des électroménagers avait été interrompue durant un bon mois. Elle a repris la semaine dernière. Mais les vols ayant eux aussi repris, elle est à nouveau suspendue.

Une mesure identique est appliquée dans deux autres recyparcs d’Intradel, à Chênée et à Angleur.

Ces vols pénalisent les citoyens, puisque, notamment, certains ne peuvent plus déposer leurs électroménagers dans le recyparc le plus proche.

Jean-Jacques De Paoli, le porte-parole d’Intradel, explique : " Les mesures que l’on prend visent à essayer d’enrayer cette vaguelette de dégradations et de vols en arrêtant de collecter dans ces recyparcs-là les DEEE, donc les électros. On cherche évidemment des moyens qui sont en relation avec l’importance économique de ces faits. Tout ce qui peut rapporter de l’argent dans un système de recyclage et de valorisation vient en débit de ce que, in fine, Intradel facture aux communes et donc aux citoyens. Dès lors, cela ne sert à rien de développer des moyens qui coûteraient énormément d’argent pour des embêtements, entre guillemets, de nature économique faible. Ce qui nous embête particulièrement, c’est que – je vise particulièrement le recyparc de Saint-Georges – les préposés, tous les matins de la semaine dernière, ont dû remettre le parc en état, ce qui veut dire qu’ils l’ouvrent nécessairement un peu plus tard et que ça pénalise l’usager qui va devoir attendre. ".

L’intercommunale collabore avec les zones de police concernées. Elle souligne que plusieurs arrestations ont eu lieu et qu’elles ont mené à trois condamnations à six mois de prison ferme infligées à des personnes interpellées au recyparc d’Angleur. Cela a aussi permis de voir que les voleurs n’appartiennent pas à des bandes organisées. Ce sont des individus sans lien entre eux.

La police de Liège confirme le constat. Avertie en juin de la recrudescence des vols dans les recyparcs, elle a organisé une surveillance, discrète mais efficace. En deux semaines, elle a permis l’arrestation d’une dizaine de personnes, des voleurs isolés. L’opération de surveillance de la police de Liège se poursuit.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK