L'ordre d'expulsion de l'imam disonnais n'a toujours pas été exécuté

Shayh Alami, connu pour son radicalisme, a reçu, il y a plus d'un mois, un avis d'expulsion.
Shayh Alami, connu pour son radicalisme, a reçu, il y a plus d'un mois, un avis d'expulsion. - © RTBF

L'imam de Verviers contraint de quitter le territoire belge sur ordre du secrétaire d’État Théo Francken n'est toujours pas parti. Shayh Alami, connu pour son radicalisme, a pourtant reçu, il y a plus d'un mois, un avis d'expulsion. Un mois, c'est le délai qui lui était donné pour partir. Mais l'homme réside toujours à Dison.

L'Office des Étrangers nous l'a confirmé, la police de Verviers aussi: l'ordre d'expulsion de l'imam disonnais n'a toujours pas été exécuté. Il est pourtant arrivé à échéance le 27 août dernier. Dans la commune de résidence de Shayh Alami, ça étonne. Yvan Ylieff, bourgmestre de Dison: "Je peux vous dire, de manière formelle, qu'il y a eu plusieurs contacts visuels avec l'intéressé, qu'il est toujours rue d'Andrimont, à l'adresse bien connue, et qu'il conduit tous les jours ses enfants à l'école. C'est une chose de faire signer un arrêt d'expulsion. C'est une autre de le faire respecter. C'est regrettable mais c'est la manière de ce gouvernement. On fait les effets d'annonce, et il n'y a pas de suite. La moindre des choses serait que le cabinet du ministre Francken, ou l'Office des Étrangers ou même la police, explique à la commune les raisons pour lesquelles cette personne peut être en rue, au vu et au su de tout le monde, alors que tout le monde sait qu'il y a un arrêté d'expulsion".

La police de la zone Vesdre explique qu'elle garde le dossier à l’œil. Elle attend seulement un ordre de l'office des étrangers pour expulser ce religieux aux discours extrémistes. L'office des étrangers explique qu'un recours a été introduit. Le Conseil du contentieux des étrangers va donc se pencher sur ce dossier. En attendant le verdict, l'imam, qui est de nationalité néerlandaise, n'est donc pas expulsé.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK