L'Orchestre Philharmonique Royal de Liège accueille son premier musicien en résidence

Adrien La Marca
Adrien La Marca - © Alexander Kharlamov

C’est une première pour l’Orchestre Philharmonique Royal de Liège. Cette saison, Adrien La Marca, altiste français de 28 ans, intégrera l’Orchestre en tant que musicien en résidence.  

Un artiste en résidence, c’est quoi? 

Intégrer un orchestre en résidence, c’est participer aux évènements clés de la saison. D'un côté, il y aura de nombreux concerts et récitals, mais Adrien La Marca aura également une mission éducative à l’occasion de rencontres avec un public plus jeune: "Je vais pouvoir expliquer à des scolaires ce qu’est la musique et leur parler de mon instrument".

La collaboration avec l’Orchestre Philharmonique Royal de Liège

Si Adrien La Marca a l’habitude des collaborations, c’est la première fois que l’Orchestre fait l’expérience d’accueillir un musicien en résidence. Le choix de l’Orchestre n’est pas le fruit du hasard. L’altiste était déjà venu enregistrer son album dans la salle Philharmonique de Liège. "A ce moment-là, j’ai rapidement été séduit par l’acoustique de la salle. J’ai aussi pu faire la connaissance de Daniel Weissmann, le directeur de l’orchestre. Il m’a déjà entendu jouer, on a fait connaissance, et il y a quelques mois, il a décidé de me faire confiance pour la collaboration” raconte le musicien. 

L’alto, un coup de cœur 

Adrien La Marca a commencé la musique très jeune. A l’âge de 4 ans, il débute au piano avant de se tourner vers le violon deux ans plus tard: "J’avais un rapport particulier avec le son créé par l’archet sur les cordes frottées". C’est finalement à 8 ans que son coup de cœur pour l’alto arrivera: "C’est grâce à un concert que j’ai eu une impulsion pour l’alto. L’instrument m’a beaucoup touché et ému et j’ai alors su que cet instrument allait être le mien".

L’alto est un instrument à corde, situé entre le violon et le violoncelle. Cela fait maintenant une centaine d’années que cet instrument est considéré à part entière, en tant que soliste, indépendamment du violon et du violoncelle. "Avec cet instrument, j’ai un répertoire musical très large, à la fois celui du violon mais aussi celui du violoncelle. Quand j’ai commencé, c’était une forme de musique vraiment complète pour moi, j’avais l’impression d’avoir un univers entier devant moi", explique le musicien. 

La musique, une évidence 

Né dans une famille de musiciens, Adrien La Marca a toujours baigné dans le domaine de la musique. Pour lui, l’envie d’en faire son métier est donc apparue très rapidement. "Je savais que la musique ferait partie de ma vie quand j’ai commencé mon instrument à 8 ans. A mes premières auditions, où il y avait un peu de public, j’ai senti que j’étais dans mon élément. Ça a été peaufiné par la suite avec l’influence de mes professeurs du conservatoire qui m’ont poussé à m’inscrire au conservatoire de Paris. La suite, c’est un enchainement de rencontres qui m’ont amené où je suis maintenant".

Au-delà des rencontres, l’altiste a su se faire connaître par le public. Il a notamment remporté le prix de révélation soliste instrumental aux victoires de la Musique classique en 2014. En 2016, il enregistre son premier album, "English delight", qui lui donne une visibilité supplémentaire.

La collaboration à Liège au cœur d’une saison chargée 

Au-delà de sa collaboration avec l’Orchestre Philharmonique Royal de Liège, l’altiste aura cette année un programme chargé avec des concerts aux États-Unis et en Corée très prochainement. "Je me réjouis vraiment de travailler avec l’Orchestre Philharmonique de Liège. J’ai déjà pu ouvrir la saison avec eux en mai dernier. J’y ai retrouvé quelques copains du conservatoire, j’apprends à connaître les autres musiciens. En mai, on s’est tous retrouvés autour d’un pot après, et je dois avouer que les Liégeois sont très sympas".

L’événement de la saison qu’Adrien La Marca attend le plus est celui du "Musique factory", le 20 mars à Liège. "J’ai vraiment carte blanche pour cet événement. Je vais pouvoir parler de mon instrument et montrer toutes les plus belles facettes du répertoire de l’alto. Je vais pouvoir parler avec le public. C’est une démarche intéressante parce qu’en musique, on a un message à faire passer et c’est encore mieux s’il est souligné par des commentaires. Je vais expliquer pourquoi j’ai choisi ces œuvres, ce qu’on peut y trouver..."

Et demain?  

L’altiste souhaite continuer sa route avec son fidèle alto. "Je pense que j’ai beaucoup de rêves. C’est ce qui fait que je continue toujours à vouloir gravir les marches. C’est un métier exceptionnel et je me sens chanceux de faire ce métier avec humilité. Il y a toujours des musiciens exceptionnels avec qui on a envie de collaborer, des orchestres avec lesquels on a envie de jouer". Pas d’objectif particulier donc pour le musicien: "J’ai toujours vécu en allant de rencontres en rencontres, et pour l’instant, le destin a bien fait les choses en me faisant aller dans une direction que je trouve la bonne. Je ne m’attends à rien, je suis juste toujours heureux de rencontrer des gens qui me tirent vers le haut".

L’Orchestre Philharmonique Royal de Liège ouvrira ses portes au public ce dimanche 9 septembre. Le concert d’ouverture de saison aura lieu le 21 septembre à 20h. Au programme, un concerto pour alto auquel Adrien La Marca prendra évidemment part. Plus d’informations sur le site internet : www.oprl.be 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK