L'Opéra Royal de Wallonie trouve enfin un amateur pour son "chapiteau"

Durant les travaux de restauration du Théâtre Royal de Liège, voici une petite dizaine d'années, l'opéra s'était installé pendant trois ans, sous une gigantesque tente, plantée sur le site de Bavière. Un chapiteau acheté aux vénitiens de la Fenice, dans la perspective de le céder ensuite, après usage, à une autre maison lyrique. Il a donc été proposé à la vente, pour la somme d'un million et demi, mais il n'a jamais trouvé preneur à ce prix, et il a fini par être démonté et replié. Un contrat de location avait bien été signé avec les Bruxellois de la Monnaie pour la durée de l'actuel chantier de rénovation, mais des difficultés ont surgi lors du montage, et le litige est actuellement soumis à un tribunal.

Un encombrant fardeau

L'encombrant fardeau vient enfin de trouver preneur. Enfin presque.

C'est en Avignon que la "structure provisoire" a trouvé acquéreur. La vieille salle à l'italienne, qui date du milieu du XIXème siècle, doit subir une rénovation de fond en comble, pendant deux saisons. D'où la nécessité d'une structure éphémère, et cet achat. Pas de la toile, mais des huit cent cinquante sièges, des gradins et des dispositifs scéniques et techniques. Pas la toile, parce que les provençaux craignent le mistral, et que les normes françaises interdisent les spectacles sous chapiteau par vents de plus de 90 km/h, ce qui n'est pas exceptionnel dans cette zone. C'est donc une sorte de coque en dur, qui doit recouvrir les équipements liégeois, qui garantissent la qualité acoustique et le conforts des spectateurs.

Le montant de la transaction n'a pas été révélé. De quoi, de toutes façons, soulager la trésorerie de l'ORW...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK