L'inauguration d'un institut de cancérologie au Sart-Tilman à nouveau reportée

Un "chantier maudit" au Sart-Tilman (image d'archives 2016)
Un "chantier maudit" au Sart-Tilman (image d'archives 2016) - © Tous droits réservés

C'est un chantier maudit. Lorsque le permis de construire a été octroyé, voici cinq ans, l'inauguration a été programmée pour ce mois de décembre. A présent, personne, à l'université, ne se risque à avancer une date d'ouverture avant le deuxième semestre, pas de l'année prochaine... de l'année d'après!

Il faut dire que le projet est complexe. Il s'agit de rassembler, sur sept niveaux, toutes les compétences d'un institut de cancérologie pour soigner cinq mille patients, avec les laboratoires de thérapie cellulaire, avec des unités de radiopharmacie, avec un cyclotron pour produire sur place les isotopes. L'investisselment dépasse les 80 millions.

Mais depuis la pose de la première pierre, les délais se sont allongés. Les travaux ont été interrompus à cause d'un recours au conseil d'état contre l'attribution d'un contrat important à une firme espagnole. Puis des fissures sont apparues, qui ont révélé de probables erreurs dans des calculs de stabilité. Le souci a été techniquement réglé, puis des problèmes d'adhérence des chapes se sont posés. De retards en retards, c'est à la mi-janvier, seulement, qu'un calendrier doit être redéfini.

Dans l'immédiat, les diverses entreprises multiplient les demandes de surplus, de frais, de dommages, parce qu'elles n'ont pas pu intervenir aux périodes prévues. A tel point qu'une commission de trois experts, avec l'ancien président de la chambre professionnelle des réviseurs, doit à présent déterminer précisément quel sous-traitant a subi quel manque à gagner. Les gestionnaires de l'hopital du Sart-Tilman semblent prendre la chose avec philosophie....

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK