L'immobilier flambe dans la région de Vielsalm: mauvaise affaire pour les jeunes

L’immobilier flambe dans la région de Vielsalm: mauvaise affaire pour les jeunes (illustration)
L’immobilier flambe dans la région de Vielsalm: mauvaise affaire pour les jeunes (illustration) - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

Un boom des prix de l'immobilier, c'est ce que l'on constate depuis le début de la crise sanitaire dans la région de Vielsalm, et dans tout le nord de la province de Luxembourg. En cause, le nombre d'acquisitions d'immeubles par des citoyens surtout néerlandophones.

Faute de moyens, les jeunes ne savent pas suivre l'évolution du marché

Cette hausse des prix ne fait pas l'affaire des jeunes qui souhaitent acheter un bien dans cette région. Ils ne peuvent suivre l'évolution du marché, faute de moyens suffisants.

Domicilié actuellement près de Spa, Jérémy Forget souhaite acheter avec son épouse une maison à Vielsalm pour se rapprocher de son lieu de travail. Le couple a visité une vingtaine de maisons, mais l’affaire a chaque fois capoté: "Très souvent, on est en concurrence vis-à-vis d'autres acheteurs potentiels qui ont les moyens de pouvoir faire monter les prix de manière assez importante. Du coup, nous, on est en incapacité de pouvoir suivre les surenchères. Il y a également les prix qui augmentent de plus en plus dans la région pour des biens qui, avant, étaient beaucoup plus abordables".

Les prix ont augmenté de 20% en un an

A Grand-Halleux, Jérémy Forget a par exemple vu le prix d’un bien du même acabit doubler en 3 ans. En cause, l’arrivée massive d’acheteurs venus essentiellement de Flandre. Ils acquièrent soit une seconde résidence, soit investissent dans un gîte de vacances. Un phénomène déjà présent mais amplifié par la crise sanitaire, comme l’a constaté Peter Van Zummeren, agent immobilier à Vielsalm: "A partir du premier confinement, ça a vraiment explosé. On a doublé notre chiffre des ventes, et ça continue en 2021".

Les investisseurs ont les moyens de leurs ambitions. Ils mettent le prix et le marché flambe. De quoi exclure les jeunes? L’agent immobilier est moins catégorique: "Ce n'est pas difficile de trouver des maisons à 300 000 euros, non, je ne pense pas. Mais les prix ont quand même augmenté à cause de la crise, oui. Ici, dans la région de Vielsalm, je pense que les prix ont augmenté d'environ 20% depuis un an".

Une hausse des prix qui, en tous les cas, limite sérieusement le choix pour les plus petits budgets.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK