L'imam de Verviers pourra rester en Belgique au moins jusqu'en 2016

L’imam Shayh Alami.
L’imam Shayh Alami. - © RTBF

L’imam a introduit un recours contre son arrêté d'expulsion décidé en juillet dernier par le secrétaire d’État à l'Asile et aux Migrations, Theo Franken.

Shayh Alami est connu pour ses prêches radicaux et pour prôner la guerre sainte. L'imam avait donc jusqu'au 27 août dernier pour quitter le territoire, mais il s'oppose à cette décision.

Son avocat, Me Julien Hardy, nous explique pourquoi : "Déjà, il fait l’usage d’un droit : celui de contester la décision dont il fait l’objet. Et, comme il a pu le dire directement quand il a fait l’objet de la notification de la décision, mon client n’était pas informé de cette procédure et n’a donc jamais été entendu dans le cadre de la prise de la décision qui, bien entendu, pose un gros problème au regard du droit fondamental de se défendre quand on fait l’objet d’une telle décision."

Et puis, poursuit Me Julien Hardy, "contrairement à ce qui a pu être dit, c’est effectivement un recours qui a un effet suspensif, c’est-à-dire que monsieur, mon client, ne pourra pas être éloigné du territoire tant que le Conseil du Contentieux des Etrangers ne se sera pas prononcé sur la légalité de la décision."

Autrement dit: Shayh Alami peut tout à fait rester à Dison. "Oui, on ne peut pas lui reprocher de se maintenir sur le territoire."

L'affaire est donc aujourd'hui entre les mains du Conseil du Contentieux des Etrangers. Sa décision n'est pas attendue avant début 2016.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK