L'hôpital du MontLégia prêt pour la grande transhumance

L'hopital du Mont Légia prêt pour la grande transhumance
3 images
L'hopital du Mont Légia prêt pour la grande transhumance - © Tous droits réservés

Imaginez ... Une ambulance au départ toutes les trois minutes! Lors du déménagement prévu les 15 et 16 février, il n'y aura aucune place à l'improvisation pour assurer la sécurité des patients. Le transfert des patients depuis la clinique Saint-Vincent de Rocourt, la clinique de l'Espérance et l'hôpital Saint-Joseph à destination du MontLégia sera millimétré. Une file d'ambulances sera en attente devant chaque site et emmènera les patients vers le nouvel hôpital. On peut presque parler d'une organisation militaire.

Comment ce déménagement va-t-il se passer? Se fera-t-il du jour au lendemain ou de façon progressive? "Ce sera du jour au lendemain pour tous les patients car on transfère tous les patients sur un week-end, sur un samedi et sur un dimanche", explique Isabelle François, cheffe de projet. "Les patients de l’Espérance et de Saint-Vincent Rocourt seront transférés le samedi et ceux de Saint-Joseph le dimanche. Par contre, les trois semaines qui précèdent le déménagement, on s’attelle au déménagement progressif des équipements qui doivent quitter les trois sites actuels vers le MontLégia"

Les activités des trois sites progressivement ralenties

Les activités des trois cliniques seront progressivement ralenties. A partir du 6 février, les programmes opératoires non-urgents seront reportés après l’ouverture du MontLégia. En gros, ce sont 350 patients (y compris des nouveaux-nés) qui devraient être transférés au lieu des 700 à 800 pris en charge quotidiennement par trois sites hospitaliers. Les urgences continuent à être gérées normalement sur les sites jusqu'au déménagement. 

 

Un hôpital (presque) vide mais en effervescence

Il n'y a pas encore de patients sur le site du MontLégia mais on s'active partout et la pression monte. A un mois du déménagement, ce sont des ouvriers, des ingénieurs, des menuisiers, des architectes qui s'activent aux derniers aménagements. Le personnel médical, lui, vient progressivement trouver ses marques dans ce nouveau lieu, installer des pharmacies et du matériel. 

Et tout doit être contrôlé, depuis les téléphones aux sonnettes dans les chambres, de l'informatique à la climatisation des salles d'opérations. Une partie du matériel est neuf et déjà installé ou en cours d'installation. Certaines zones de l'hôpital, complètement terminées, ont d'ailleurs été bouclées et interdites d'accès. 

 

Des répétitions pour le déménagement 

Par ailleurs, des sortes de répétitions générales sont également organisées. "On teste les différents processus, précise Isabelle François, on a planifié des simulations de trajets patients, on a planifié des simulations de procédures d'accueil d'un patient par une telle porte, en passant par tel service, un patient qui doit entrer par les urgences, qui doit passer d'une unité de soins au bloc opératoire ou vers l'imagerie médicale ... Ce sont tous les processus, principalement liés aux patients, que l'on teste pour justement, ne rien laisser au hasard et être prêt à gérer tous les patients, dans de bonnes conditions, au moment du déménagement. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK