Coronavirus: Liège, lorsqu'un hôpital ferme l'une de ses cinq unités de soins Covid19 c'est toute la Belgique qui respire

Avec la diminution des cas de coronavirus, les hôpitaux respirent un peu mieux. A Liège, l’hôpital de la Citadelle a fermé ce matin l’une de ces 5 salles Covid. Un moment très particulier pour les 40 soignants. Au début de l’épidémie, ils n’avaient jamais travaillé ensemble.

Une bonne et une mauvaise nouvelle

Avant le Covid, Corinne Bruyère n’avait jamais mis les pieds dans cette salle de la Citadelle. Son job d’habitude, c’est plutôt les prothèses de hanche, dans un autre hôpital.
Le Covid vient pourtant de remplir son quotidien pendant 5 semaines. Et aujourd’hui, tout s’arrête : "C’est une bonne nouvelle car on commence tout doucement à voir un début de victoires face à cette épidémie, explique l’infirmière, Mais mauvaise nouvelle, une toute nouvelle équipe a été créée et on va devoir se séparer. Émotionnellement, on est tous un petit peu triste".

C’est un peu comme un déchirement.

40 soignants se sont côtoyés durant 5 semaines, des horaires intenses qui bougent tout le temps, une solidarité et une cohésion qui a dû se bâtir en quelques minutes. Aujourd’hui, ils sont plusieurs à revenir dans ce service désormais fermé, pour papoter et se dire au revoir. "On a pu se dire au revoir, c’est important. On a pu aussi dire au personnel où il allait travailler demain. C’est très important parce que passer d’une salle à une autre, ce n’est pas toujours facile. C’est un peu comme un déchirement", explique Anne-Marie Van Torre, infirmière en chef Salle 22 de l’Hôpital de la Citadelle.


►►► À lire aussi : Notre dossier sur le coronavirus


125 patients ont été soignés ici dont une dame de 98 ans, qui a quitté l’hôpital ce matin. Une bonne nouvelle pour clôturer l’aventure de la salle 22.

Tout le monde reste disponible

"Il est clair que tout le monde reste disponible. On souhaite que cette évolution vers une décroissance continue. Mais si on a encore besoin de nous dans le cadre du traitement covid, tant les infirmières que les docteurs, on est évidemment disponibles pour recommencer", affirme Jean-Manuel Herzet, un médecin cardiologue de la salle 22. 

Recommencer en Covid ou revenir à la normale, ce sera alors le retour des pathologies qui ont été mises de côté de nouvelles inquiétudes pour ces équipes et un nouveau défi.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK