L'hélicoptère médicalisé de Bra bénéficie depuis 10 ans de l'éclairage de terrains

Pouvoir atterrir au plus près de la victime, c'est crucial pour la survie. Pour le faire de nuit, il faut des terrains dont l'éclairage peut être commandé depuis l'hélicoptère
2 images
Pouvoir atterrir au plus près de la victime, c'est crucial pour la survie. Pour le faire de nuit, il faut des terrains dont l'éclairage peut être commandé depuis l'hélicoptère - © Centre médical héliporté

Depuis 10 ans, le centre médical héliporté de Bra-sur-Lienne, dans la commune de Lierneux, bénéficie de l'équipement de terrains de football afin de lui permettre d'atterrir de nuit en toute sécurité avec son hélicoptère médicalisé. Un gain de temps évident au moment de porter secours à une personne pour qui chaque seconde entre la prise en charge et l'arrivée dans un hôpital peut faire la différence entre la mort ou la survie. Un 118ème terrain vient d'être équipé, dans la commune de Clavier.

Depuis l'hélicoptère, le pilote peut allumer l'éclairage d'un terrain afin de lui permettre d'atterrir de nuit. 118 terrains sont déjà équipés dans les provinces de Liège et Luxembourg principalement, mais aussi de Namur et du Limbourg. Une avancée qui a démontré son utilité.

Trente pourcents de l’activité de l’asbl et du vecteur héliporté se déroule la nuit, donc c’est vraiment quelque chose qui a permis d’augmenter l’activité nocturne et l’efficacité du service. Trente pourcents, ça représente environ 450 missions par an. Quant aux propriétaires des terrains, ils se montrent généralement très ouverts et disposés à trouver des solutions si un problème se pose ", explique Olivier Pirotte, coordinateur opérationnel du centre médical.

Le dernier terrain équipé vient d'être inauguré et pour la première fois, ce n'est pas un terrain de football mais une surface à proximité d'une plaine de jeux et d'une école, à Bois-et-Borsu, dans la commune de Clavier. Il est le résultat du combat d'un habitant du village, Alain Mathieu : " C’est suite à un événement personnel que j’ai vécu le jour de Noël, où sans l’hélicoptère on s’est rendu compte qu’on n’aurait pas eu une issue positive et que si cela s’était passé une heure plus tard, l’hélicoptère ne serait pas venu, faute d’éclairage à cet endroit. J’ai alors demandé au comité du village de pouvoir équiper et éclairer un terrain dans le village. C’est ce que nous avons fait ", détaille-t-il.  

Equiper un terrain coûte 2.500 euros. A Clavier, l'hélicoptère intervient une trentaine de fois par an.

 

Archives : Journal télévisé 02/08/2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK