L'esplanade des Guillemins portera le nom du comte Clerdent

Le comte Clerdent, fondateur de l'Armée de Libération, administrateur de la radiodiffusion clandestine
Le comte Clerdent, fondateur de l'Armée de Libération, administrateur de la radiodiffusion clandestine - © Tous droits réservés

C'est le point 251 de l'ordre du jour du conseil communal de lundi prochain: parmi diverses dénominations de voiries, la ville de Liège s'apprête à baptiser l'esplanade qui s'étend devant la gare des Guillemins du nom de Pierre Clerdent. C'est la monidre des choses: c'est l'homme qui s'est battu pour que les trains à grande vitesse s'arrêtent en cité ardente.

Mais, dans sa carrière d'une exceptionnelle longévité,  ce n'est pas l'unique fait d'arme. Avocat de formation, il a été un résistant de la première heure, en 40-45, il a été le Colonel Max, actif dans le réseau Clarence, et, à ce titre, il a contribué, dans la perspective de la libération, à l'érection d'un émetteur radiophonique à Saint-Walburge, longtemps utilisé par la RTBF.

Il a été ensuite gouverneur de provinces. Gouverneur de deux provinces: Luxembourg d'abord, puis Liège, où il tente, en vain, de s'opposer à l'annexion des six villages fouronnais par les limbourgeois. Et, depuis ses bureaux du palais des Princes-Evêques, il a orienté la politique de développement économique du bassin industriel. L'élargissement du Canal Albert à un gabarit maritime a été l'une de ses batailles. Et  l'expropriation de Chertal pour implanter des usines sidérurgiques s'est décidée sous son égide; un choix qui a fini par s'avérer malheureux, puisque la distance entre les hauts-fourneaux sérésiens et les aciéries a été un handicap de surcoût qui a déterminé les fermetures d'outils par le groupe ArcelorMittal.

Au début des années '70, Pierre Clerdent a quitté ses fonctions publiques, pour raison de santé. Mais, une fois rétabli, il a présidé le conseil d'administration de Cockerill. Et puis, lui qui a milité, dans l'immédiate après-guerre, dans un éphémère parti démocrate-chrétien, il devient sénateur libéral.

C'est près d'une dizaine d'années après son décès qu'un hommage est rendu à ce mandataire d'une énergie infatigable. Un hommage toponymique incontestable et incontesté.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK