L'enquête publique pour l'extension du zoning des Hauts-Sarts a commencé

Des membres du comité de riverains
2 images
Des membres du comité de riverains - © RTBF - Barbara Schaal

Depuis plusieurs années, il est question d'agrandir ce parc d'activités économiques. Le zoning des Hauts-Sarts qui, avec ses quelque 450 hectares, est déjà le plus grand parc du genre en Wallonie.

La nouvelle zone, dite zone 4, sera grande de 60 hectares. Elle serait située sur le territoire de la commune d'Oupeye. Si le permis est accordé, les travaux pourraient débuter dès l'automne 2016.

Mais les réticences sont grandes. Les riverains se montrent très inquiets pour leur qualité de vie. Pour eux, un zoning, c'est un trafic plus dense, une vue moins belle, du bruit et peut-être même des mauvaises odeurs. Si elle voit le jour, la future zone 4 empiétera principalement sur des terres cultivables. Jean-Jo Schijnemakers, agriculteur, pourrait perdre un dixième de ses terrains: "Dans les personnes qui sont concernées, on a déjà tous perdus des terres pour des zonings, des infrastructures autoroutières. On voudrait bien un peu mettre fin à l'évasion des terres qu'on prend à tort et à travers".

Des riverains en colère mais aussi perplexes. Selon eux, il y aurait pourtant de nombreux espaces inoccupés dans le zoning actuel. Des panneaux à vendre ou à louer un peu partout. Un signe trompeur pour Cédric Swennen, directeur adjoint de la SPI, l'agence de développement de la province de Liège: "Il est normal qu'il y ait des ventes et des locations qui se passent dans le parc. C'est-à-dire qu'il y a de plus en plus de reventes et de rachats qui se font entre entreprises. C'est un indicateur de la dynamique du parc".

Il n'y aurait donc pas assez d'espace disponible pour répondre à la demande des industries. Alors pourquoi reconvertir d'anciennes friches se demandent les riverains? Aucun site local ne s'y prête, répond la SPI.

Le comité de riverains demande un moratoire de 5 ou 10 ans. Observer l'évolution de l'économie locale avant de prendre une décision. Ils promettent en tout cas de ne pas baisser la garde. Quitte à organiser des actions "coup de poing" dans les semaines qui viennent.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK