L'avenir de nos églises doit être repensé, selon Eric de Beukelaer

Erik de Beukelaer
Erik de Beukelaer - © RTBF

En ce week-end pascal, plusieurs églises liégeoises seront certainement remplies pour les différents offices religieux. C'est le cas notamment de la Cathédrale Saint-Paul, de l'église Saint-Barthélémy ou encore de l'église Saint-Jacques. Trois églises parmi les quelque 550 que compte le diocèse de la Province de Liège.

Face à la crise des vocations et à la diminution de pratiquants, ces églises où de rares messes sont encore célébrées, ont-elles encore leur raison d'être?

Une question trop simpliste pour le vicaire épiscopal, Eric de Beukelaer, pour qui l'avenir de nos églises doit être repensé: "Trop d'églises? Si on prend l'église uniquement comme le lieu où on va dire la messe, alors on va se dire que oui" explique Eric de Beukelaer. "Mais une église, c'est beaucoup plus que ça. Parce que les églises font partie aussi du patrimoine. On ne demandera jamais à quelqu'un qui entre dans une église s'il est baptisé, pas baptisé, s'il aime les curés ou pas. Et donc dans un monde très commercial, il y a ces lieux de gratuité qui sont les églises. Dans un monde de bruit, il y a ces lieux de silence qui sont les églises. Et donc nous essayons vraiment de redonner à chaque église cette fonction-là, je le dis parfois avec boutade, c'est de faire en sorte que les églises redeviennent des maisons du peuple, pour tout le monde. Donc garder les églises ouvertes, c'est une première chose. Ensuite, pour des églises qui sont moins utilisées pour les messes, essayer de voir si elles ne peuvent pas aussi s'ouvrir à d'autres activités, des activités citoyennes. On parle beaucoup aujourd'hui de repair cafés ou de rencontres. Dans la mesure où c'est compatible, pourquoi ne pas ouvrir l'église à d'autres utilisations pour que vraiment chacun se réapproprie ce lieu".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK