L’ancienne porcherie du Sart-Tilman va devenir un élevage de poissons d’eau douce

C’est l’un des bâtiments emblématiques de la faculté de médecine vétérinaire de l’université de Liège : cette porcherie est une sorte de ferme carrée, mais elle est désertée par les cochons d’expérimentation depuis une demi-douzaine d’années. Elle a cessé de répondre aux normes du bien-être animal.

Un projet de transformation radicale a commencé à s’ébaucher : installer là-bas un centre d’aquaculture à la fois expérimental et industriel, une plate-forme de haut niveau, compétitive à l’échelle internationale, pour l’étude des organismes d’eau douce. C’est un défi: le site est classé à l’inventaire des monuments ; il va falloir assainir les fosses à lisiers et remplacer la toiture, en plaques de ciment à l’amiante. Mais l’emplacement est judicieux : un forage, réalisé voici quatre ans à une centaine de mètres de profondeur, laisse entrevoir un débit de captage qui suffise largement à alimenter les bassins.

Le dossier en est au stade des pré-études techniques qu’il faut à présent peaufiner, avec des impératifs de biosécurité puisqu’il s’agit notamment d’héberge des recherches sur les maladies infectieuses des poissons qui parfois déciment les élevages. Le budget s’élève à quelque deux millions et demi. Et, conformément aux règles de subventions de la région wallonne, il ne faut pas traîner pour les dépenser : la première phase des travaux de cet équipement doit être terminée dans trente-six mois.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK