L'ancien expert judiciaire Deblinde dans le collimateur des contributions

L'ex-expert Deblinde, au-dessus de tout soupçon ?
L'ex-expert Deblinde, au-dessus de tout soupçon ? - © Tous droits réservés

Les frais d'expertises comptables de la justice liégeoise ont déjà été au centre de l'une ou l'autre interpellation parlementaire: les dépenses sont hors normes, et surtout, le cabinet Deblinde, a été très fréquemment chargé de ces missions, par la brigade financière, et par le juge d'instruction Richard, qui s'est occupé, ces dernières années, de la plupart des dossiers de délinquance en col blanc. Or, l'expert Deblinde est accusé de diverses malversations et d'escroquerie par d'anciens partenaires en affaires.

L'homme a cessé ses activités pour le compte des cours et tribunaux. Il s'est installé à l'étranger, sur une île thailandaise ; il s'est reconverti, d'abord dans la gestion d'un restaurant, et désormais d'une société de nettoyage. Voici que l'administration des contributions lui réclame de lourds arriérés d'impôts. Et menace de saisir l'argent que l'état belge continue de verser à l'intéressé, au titre de frais d'expertises justement, payés avec un énorme retard. Personne, dans les ministères, ne souhaite commenter cette information...

Ce n'est pas seulement une question d'ordre privé: le manque de sérieux, voire d'honnêteté de l'expert Deblinde risque fort d'être prochainement utilisé comme argument de défense, lors de procès en correctionnelle, qui visent plusieurs mandataires socialistes. C'est le cas, par exemple, du dossier Liège Airport...

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir