L'affaire des costumes du Parlement wallon: l'habilleur Antoine dédommagé

Une faute de procédure des autorités wallonnes qui finit par coûter cher...
Une faute de procédure des autorités wallonnes qui finit par coûter cher... - © philippeantoine.be

C'est l'épilogue d'une vieille histoire : l'habilleur visétois Antoine a fini par obtenir réparation du préjudice qu'il a subi de la part du Parlement wallon. La somme n'a pas été révélée : elle a été négociée à l'amiable, pour solder le litige.

L'offre de cette firme, pour la fourniture pendant quatre ans de l'habillement pour les huissiers et les chauffeurs, avait été écartée, alors qu'elle était environ 20% moins chère que la concurrence,  sous un fallacieux prétexte technique, une prétendue non-conformité de l'élasticité des tissus dans lesquels les costumes devaient être taillés. L'affaire a abouti devant le conseil d'état, qui a annulé le marché. D'où une demande d'indemnisation.

Pour le patron de la firme, dans ce genre de soumissions, des références sont exigées. Et le fait d'avoir loupé ce contrat n'est évidemment pas compensé. Mais il conclut :"Même pour des montants modestes, même pour des petites entreprises, ça vaut la peine de se tourner vers le Conseil d'Etat, où les magistrats sont à l'écoute, même lorsque le dossier peut paraître anecdotique..."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK