Journée mondiale des toilettes : "l'enfant aussi a le droit à son intimité"

La fédération Wallonie-Bruxelles vient de débloquer 10 millions d'euros pour permettre aux écoles de rénover leurs sanitaires
La fédération Wallonie-Bruxelles vient de débloquer 10 millions d'euros pour permettre aux écoles de rénover leurs sanitaires - © RTBF

Ce jeudi 19 novembre, c’est la journée mondiale des toilettes. Un intitulé qui peut prêter à sourire. Pourtant c’est très sérieux : depuis 2010 l’accès à l’assainissement est reconnu comme un droit fondamental par les Nations Unies. Un droit qui est loin d’être une réalité partout.

Plus de la moitié de la population mondiale vit en effet sans accès à des installations sanitaires. Dans de nombreux endroits du monde, l’absence de toilettes dans les écoles est un frein à la scolarisation des filles. Chez nous, on est évidemment loin de ces situations dramatiques. Mais dans bien des écoles wallonnes, l’état des sanitaires reste néanmoins un problème.

Aujourd’hui, l’enfant aussi a droit à son intimité

La Fédération Wallonie-Bruxelles débloque régulièrement des budgets pour la réfection des toilettes dans les écoles. A Herve, l’école communale de Battice a intégralement rénové ses blocs sanitaires l’an dernier. Coût total des travaux dans cette école : plus de 110.000 euros pour trois blocs sanitaires, rénovation d’une toiture comprise. Un investissement important, mais il en allait du confort élémentaire des écoliers.

" Les sanitaires étaient très vieux, il y avait des odeurs qui remontaient fort, il y avait aussi d’autres dégâts comme le bâtiment était âgé ", témoigne Isabelle Ista, la directrice. Ce sont donc un bâtiment vétuste et des préoccupations concernant l’hygiène qui ont conduit la commune à rénover de fond en comble ces sanitaires.

Mais un autre problème se posait : le manque d’intimité offert aux enfants. Aujourd’hui, on n’agence plus des sanitaires pour enfants comme il y a trente ans. " A une époque on n’avait pas de pudeur vis-à-vis de l’enfant ", raconte la directrice. " Aujourd’hui, on estime que l’enfant aussi a le droit d’aller aux toilettes sans avoir une porte trop courte ou trop basse, une porte qui ne ferme pas. Il a droit à son intimité "

C’est à la base de la pyramide du bien-être

La question des toilettes est en fait loin d’être anecdotique. " C’est à la base de la pyramide du bien-être ", confirme la directrice. " Pour passer une bonne journée, c’est très important de savoir qu’on a un endroit où l’on est à l’aise en cas de problème urinaire ou autre ".

D’ailleurs, elle en est persuadée, à l’époque des anciens sanitaires, certains enfants se retenaient des journées entières. " Il n’y avait pas de toilettes assez petites pour les enfants de première primaire, certains élèves avaient peur que quelqu’un ouvre la porte… "

Au printemps, la Fédération Wallonie-Bruxelles a décidé de débloquer 10 millions d’euros pour permettre aux écoles de rénover leurs sanitaires et de mieux faire face aux nouvelles mesures liées à l’épidémie de Covid 19.

 

 

Matin Première : L'invité dans l'actu

Yves Dario était l'invité dans l'actu, ce jeudi, dans Matin Première. Il est l'un des coordinateurs du fonds BYX, un fonds géré par la Fondation Roi Baudouin, qui aide les établissements scolaires en Fédération Wallonie-Bruxelles à rendre leurs sanitaires accueillants.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK