Inondations : les volontaires verviétois sont épuisés, prêts à passer la main

Ils sont épuisés, mais ils sont toujours là. Ce sont les bénévoles qui dans les nombreux lieux sinistrés viennent en aide à la population. Mais deux semaines après les inondations, ils vont devoir progressivement reprendre leur vie quotidienne, se reposer un peu et passer à la main aux services publics et aux professionnels de la reconstruction. A Verviers, tout en confirmant leur état de fatigue, ces bénévoles semblent plutôt confiants sur le passage de témoin.

Les yeux cernés par la fatigue, Audrey aspire à un temps de pause. Depuis le lendemain des inondations, elle s’occupe des enfants d’un quartier sinistré, pour leur changer les idées : " Je commence à un petit peu sentir le contrecoup. La première semaine on est dans l’adrénaline mais là, je vais encore continuer une semaine mais je sens qu’il faut que ça s’arrête après ", confie-t-elle.

2 images
L’Athénée Thil Lorrain accueille un centre de dons. Les bénévoles y sont ici aussi épuisés. © RTBF – Olivier Thunus

Un autre bénévole coordonnait le centre de dons implanté dans une école voisine. Il vient de passer la main, épuisé. Et pour lui, il est temps que les bénévoles lèvent le pied pour se préserver : " Ils ne sont pas épuisés, ils sont complètement sur les rotules. Et ils ne s’en rendent pas compte. Leurs réserves d’adrénaline, qui leur a donné la force, et de dopamine, qui leur a donné une drogue naturelle, sont vides. Maintenant, c’est au tour des professionnels ", confirme-t-il.

Frédéric Vergnanini est lui aussi actif dans ce centre de dons et pour lui, les pouvoirs publics sont maintenant prêts à prendre le relais : " Je sais que les autorités ont pris contact pour reprendre les choses en main. Ce qui nous fait tenir, c’est la solidarité. On s’aide les uns les autres. Simplement un bonjour et ça redonne du peps. C’est ce qu’il nous reste en fait ".

Des pouvoirs publics qui auront toutefois mis du temps pour s’organiser, c’est le constat posé par tous ces bénévoles.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK