Inondations : le gouvernement wallon prévoit un premier montant de 2 milliards pour la reconstruction

Ce mardi après-midi, les ministres du gouvernement wallon s'est réuni en séance de crise suite aux inondations. Une conférence de presse a été donnée aux alentours de 16h30 afin de faire le point sur les différentes mesures.

Un peu partout dans les localités touchées, le déblaiement et le nettoyage se poursuivent. Le bilan officiel est de 31 morts et 53 disparus. 

Un peu partout, des cellules chargées de coordonner la solidarité ont été mises en place. Il s’agit parfois d’initiatives publiques, notamment via les provinces, mais aussi parfois d’initiatives privées avec notamment des plateformes en ligne mettant en relation ceux qui ont besoin d’aide et ceux qui peuvent en apporter.

Une minute de silence a également été observée au niveau national ce mardi, entre 12h01 et 12h02, durant une cérémonie se déroulant à Verviers en présence de nombreuses autorités dont le couple royal et le Premier ministre.

Les mesures annoncées par le gouvernement wallon sont les suivantes :

Le gouvernement wallon a monté ce mardi, en urgence, un premier plan à 2 milliards d'euros pour la reconstruction de la Wallonie sinistrée par les inondations meurtrières de la semaine dernière, a annoncé le ministre-président Elio Di Rupo.

Sur ces deux milliards, 800 millions proviennent du plan de relance wallon, dont certains projets devront dès lors être abandonnés. Deux cents millions proviendront de la trésorerie et seront injectés dans le fonds des calamités. Le milliard restant sera trouvé sur les marchés financiers via un emprunt "classique".

Via les bourgmestres, il y aura des avances de 2500 euros pour les personnes non assurées. Elles seront dégagées tout de suite.

Des avances sont prévues pour les entreprises, en fonction de leur taille. Indépendants et entreprises peuvent prendre contact via le 1890.

Diverses aides sont prévues pour les communes : des avances, des aides en personnel, etc.

Pour les déchets, la mobilisation est totale. Un terrain est désigné (sur la A601) pour un stockage temporaire avant traitement, et d’autres lieux sont recherchés. Le ministère de la Région wallonne va faire en sorte de tout mettre en œuvre pour enlever les objets et arbres présents dans les cours d’eau.

Envisager l’avenir au regard des enjeux climatiques

"Le cataclysme qui s’est produit doit être considéré comme un cataclysme qui peut se reproduire ailleurs. Nous devons envisager l’avenir au regard des enjeux climatiques", a précisé Elio Di Rupo.

Un fonds de solidarité va être mis en œuvre dans les prochains jours.

Le Fond des calamités va être réapprovisionné et un texte sera proposé au Parlement afin d’adapter l’accès à ce fonds aux personnes non assurées.

"Pour accéder au Fonds de solidarité européen, il faut que la somme des interventions suite aux dégâts majeurs, pour l’ensemble du pays, soit supérieure à 2,780 milliards. Il y a ensuite des plafonds à atteindre par provinces. Lorsque ces deux conditions sont atteintes, nous aurons un certain pourcentage de ce fonds. Cela ne viendra qu’au terme des factures honorées et remises à l’Union européenne", a précisé le ministre-président wallon.

D’autres mesures ont aussi été décidées par le gouvernement wallon en matière de logement et d’aide aux communes.

Un recensement est en cours afin de disposer d’une évaluation du nombre exact de logements touchés ainsi que l’ampleur des dégâts. Plus d’un millier de logements publics seraient impactés et plusieurs centaines sont inhabitables. Diverses mesures seront adoptées pour ces logements d’utilité publique (logement social) :

  • Dérogation aux règles d’attribution de ces logements jusqu’au 30 septembre pour favoriser le relogement des personnes évacuées d’un logement public et des personnes sinistrées à faible revenus ;
  • Création d’une solidarité entre sociétés de logements publics ;
  • Relogement sur la base d’une convention d’occupation précaire dans l’attente de pouvoir réintégrer un logement public pour les ménages qui occupaient un logement public, ou, pour ceux qui n’occupaient pas un logement public, pour une durée maximum de 6 mois renouvelable 1 fois ;
  • Pour les ménages qui se trouvaient dans un logement public et dont celui-ci n’est pas rénovable, possibilité d’attribuer un nouveau logement sur base de la notion d’urgence sociale ;
  • Pour les ménages qui habitaient dans un logement public, le montant du loyer calculé ne pourra être supérieur à celui qu’il payait dans le logement qu’ils ont dû évacuer.

Trente millions d’aides se répartiront de la manière suivante : 25 millions d’euros seront dédicacés à l’aide urgente pour les sociétés de logement public et pour le relogement des ménages via les CPAS. 5 millions iront en aide directe et immédiate aux communes sinistrées (répartition via les gouverneurs de province) afin de financer un support logistique en moyens matériels et humains pour le nettoyage et le déblaiement, ou d’autres actions en fonction des réalités du terrain.

A côté de cela, 50 millions d’euros sont prévus pour les communes afin de pouvoir louer des logements, poser des containers, etc.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK