Inondations en Belgique : le calme revenu, la solidarité s’organise à Verviers, Theux et Grivegnée

Liège a été fortement touchée par les inondations de ce jeudi. Si le pire est passé pour de nombreuses localités, l’heure est à présent au bilan et surtout à la solidarité. Coup d’œil à Verviers, Theux et Grivegnée.

Verviers

A Verviers, le bilan provisoire s’élève à 6 morts. Un certain nombre de personnes sont encore signalées disparues par leur famille.

"Mais on espère, et on devrait avoir plus de précisions ce matin, que des personnes vont pouvoir être retrouvées parce qu’elles sont tout simplement sans électricité, et donc pas contactables. Ou qu’elles sont dans des centres d’accueil qu’on a créés depuis hier après-midi", précise Muriel Targnion, bourgmestre de Verviers.

Les recherches se poursuivent

Les services de secours continuent leurs recherches sur le terrain. "Il y a aussi, au niveau du centre de crise, une personne qui a collectionné tous les témoignages des familles et qui est en train de les mettre en rapport avec les personnes qui sont dans les centres, les personnes qui ont réussi à donner un contact et les personnes que l’on recherche encore."

Le bilan des personnes disparues ne devrait donc pas tarder. "Dans la matinée, on saura dire exactement le nombre des personnes qui sont disparues parce qu’elles auraient malheureusement été emportées par le courant."

Seule bonne nouvelle à l’horizon, le niveau de l’eau continue de baisser. "Puisque nous avons beaucoup de caméras de vidéosurveillance sur Verviers et que j’étais au centre de crise, on pouvait observer tout le centre-ville. Le niveau de l’eau est retombé depuis hier soir dans toute la ville de Verviers", confirme Muriel Targnion.


►►► A lire aussi : Inondations : trois corps sans vie retrouvés dans la commune de Trooz


La Vesdre a effectivement retrouvé son lit, mais les dégâts sont bien présents. "Sur les huit kilomètres où la Vesdre arrose Verviers, l’eau a envahi toutes les maisons qui sont au niveau de l’eau. Tout le centre-ville est ravagé, il n’y a plus aucun commerce qui n’est pas rempli de boue et de débris."

Ce vendredi sera donc dédié à l’évacuation, au nettoyage et à la solidarité entre citoyens. "Parce qu’il y a évidemment énormément de personnes concernées sur la ville de Verviers qui ont eu de l’eau jusqu’au-dessus du rez-de-chaussée ou au-dessus du premier étage dans leur maison. Tout est ravagé."

Theux

La situation était également catastrophique à Theux. Mais d’après Alexandre Lodez, le président du CPAS, ça s’est un peu calmé. "De manière générale, depuis hier 15h, on sent véritablement que le Wayai et la Hoëgne ont rediminué, de telle manière à ce qu’on a pu commencer dès hier, à 15 h, l’opération de nettoyage."

La solidarité s’est vite organisée. "Hier, on a rapidement emmené une vingtaine de containers, des tracteurs sont venus nous aider, des mouvements de jeunesse, des citoyens… Donc, dès hier, il y a eu la volonté de re-nettoyer notre localité, qui est une localité vaillante."


►►► A lire aussi : Direct / Inondations en Belgique : trois corps sans vie retrouvés dans la commune de Trooz, le bilan grimpe à 14 morts (DIRECT)


Mais qui dit nettoyage dit aussi constat de l’ampleur des dégâts. D’après Alexandre Lodez, ils sont de deux types. Il y a tout d’abord "les dégâts matériels très significatifs dans le centre de la localité, mais avec probablement très peu d’instabilité des bâtiments, mais ce sera vérifié aujourd’hui et demain par des ingénieurs."

Ensuite, le deuxième problème, ce sont les coupures d’électricité. "Du fait que nous n’avons plus d’eau et qu’une grosse partie de la localité n’a plus d’électricité."

On a donc fait des petites rondes la nuit pour voir si les gens ne voulaient quand même pas quitter

La commune a donc dû faire face à d’autres types d’imprévus. "On a dû évacuer il y a deux jours 50 résidents d’une maison de repos, et ce matin, on fait une deuxième vague de 70 résidents, alors qu’il y a plus de problèmes d’inondations, mais il n’y a plus la capacité d’utiliser les bâtiments."

En revanche, tous les sinistrés ont été relogés à ce stade. Et si certains ont tenu à rester chez eux, ils n’ont pas été oubliés. "On a donc fait des petites rondes la nuit pour voir si les gens ne voulaient quand même pas quitter, mais ils étaient accrochés à leurs habitations. Heureusement, ça s’est bien terminé pour eux."

La solidarité au rendez-vous

Sur les hauteurs de Liège, davantage épargnées par les dégâts, la solidarité s’organise aussi. A Grivegnée, la Ville de Liège a installé son principal centre d’accueil, où les sinistrés peuvent venir se restaurer, dormir, trouver de l’aide d’une manière générale.

Car si la plupart des gens ont été relogés chez des proches ou dans les hôtels de Liège, certains avaient décidé de passer la nuit chez eux.

C’est le cas de Lisette et Joseph, habitants de Chênée, au confluent de la Vesdre et de l’Ourthe, les deux cours d’eau qui ont largement débordé toute la journée d’hier et depuis mercredi. Ils se sont alors très vite retrouvés sinistrés. Ils sont arrivés au centre d’accueil cette nuit, à une heure et demie du matin.


►►► A lire aussi : Inondations : le bilan des intempéries en Europe grimpe à près de 100 morts


"On a entendu crier dans la rue, 'il y a quelqu’un, il y a quelqu’un ?', on a ouvert la fenêtre, on était à l’étage. Et on a vu des jeunes avec une pelleteuse qui, quand on a ouvert la fenêtre, nous ont vus et ont dit : 'est-ce que vous voulez partir au chaud pour pouvoir manger, aller dormir au chaud et boire une tasse de café ?' Mon mari et moi, on s’est regardé, on s’est dit " on y va ou on n’y va pas ?", se souvient Lisette.

Je ne leur ai pas dit merci. Merci, merci !

Jusque-là, Lisette et Joseph craignaient le niveau de l’eau. "Et on s’est dit : 'après tout, on va y aller'. Parce qu’on avait froid, on n’était pas bien. On est alors descendus au rez-de-chaussée, où l’eau avait quand même diminué, on a ouvert la porte, et avec leur pelleteuse, ils nous ont pris tous les deux dans le bac, ils nous ont soulevés et nous ont portés jusqu’au pont du Lhonneux."

Face à cette solidarité, Lisette n’a qu’un regret : "Je ne leur ai pas dit merci. Merci, merci ! Ils nous ont dit : "Madame, on le fait avec plaisir, avec plaisir. On est là pour vous aider ".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK