ING: la Wallonie et Bruxelles plus touchées que la Flandre

Le groupe ING l'a annoncé début octobre. Il veut réduire les coûts et cela passera par des fermetures d'agence. Le quotidien Le Soir a pu se procurer quelques chiffres. Des fermetures, il y en aura bien en Wallonie et à Bruxelles, mais pas en Flandre où là, au contraire, on devrait assister à un élargissement du réseau. Cela étonne, notamment en région liégeoise qui est la plus touchée par cette restructuration.

Des lions qui vont disparaître, notamment en région liégeoise.  D'après le journal Le Soir, il y aurait 13 agences en moins sur la Province de Liège. Nous avons recueilli quelques réactions à l'entrée d'une banque liégeoise. "Pour moi, c'était facile de venir dans cette banque-ci. Je suppose que je devrai aller au centre-ville. Mais je pense qu'il n'y aura rien de changé au niveau des comptes", dit une cliente. Un autre client dit: "J'ai peur pour mon argent. J'ai peur pour les emplois surtout. On se pose des questions, on ne comprend plus rien".  

En Wallonie, la tendance est à la fermeture. 31 agences en moins d'ici 2019. Par contre, en Flandre, on en créerait 16. Et à Bruxelles, on en supprimerait également 11.

A ce stade-ci, le dossier ING est en phase 1 de la loi Renault, c'est-à-dire que la direction informe les organisations syndicales sur les intentions de leur plan. Les chiffres sortis dans la presse ne sont donc pas définitifs. 

Raymond Vrijdaghs, secrétaire permanent CNE-Liège explique: "Ce n'est pas pour ça que demain, entre l'intention et les négociations qui auront lieu à un moment donné, l'intention de la direction sera tout à fait celle-là. Donc, dire aujourd'hui le nombre exact de fermetures, c'est un peu prématuré. Oui, il y a des chiffres qui sortent, mais ce n'est pas pour ça qu'à l'arrivée, quand on aura négocié, quand la concertation sera mise en place, que ce chiffre-là sera le chiffre réel."

Car c'est seulement après la phase d'information que direction et syndicats négocieront. Pour l'heure, la direction ne s'exprime pas sur les intentions de la banque. Elle ne confirme donc rien des chiffres qui sont sortis dans la presse.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK