Incendie à Notre-Dame de Paris: l'Évêque de Liège soutient ses collègues parisiens

Incendie à Notre-Dame de Paris: l'évêque de Liège soutient ses collègues parisiens
Incendie à Notre-Dame de Paris: l'évêque de Liège soutient ses collègues parisiens - © DR

A Paris, l'incendie de la cathédrale Notre-Dame est complètement maîtrisé ce mardi matin, même s'il reste quelques foyers à éteindre. Après une nuit de combat contre les flammes, les pompiers ont réussi à sauver la structure de l'édifice. Les deux tours mais aussi des tableaux et d'autres chefs d’œuvres artistiques ont également pu être sauvés.

Les dégâts sont toutefois énormes. Le président français Emmanuel Macron a promis de rebâtir cette cathédrale. Et en attendant, une enquête a été ouverte pour destruction involontaire par incendie. La thèse accidentelle est donc privilégiée. L'incendie pourrait être lié aux travaux de rénovation sur le toit.

Cet incendie qui rongeait Notre-Dame se déroulait en direct sur nos écrans de télé hier soir et il a provoqué un élan de solidarité partout dans le monde. Les messages de sympathie ou de désolation ont afflué de partout. Les chefs d'Etats et de gouvernement ont quasi tous réagi, de même que les autorités religieuses. Et pas seulement le Vatican.

Un courrier à l'archevêque

L’Évêque de Liège par exemple a envoyé un mot de soutien à ses collègues parisiens, comme nous l'a confirmé Philippe Georges, le conservateur du trésor de la Cathédrale de Liège: "Il écrit à son collègue archevêque de Paris que la cathédrale de Paris vit aussi un martyr et l'Eglise de France aussi. Il s'associe, avec tous les chrétiens de Belgique, ceux du monde entier, à cette tragédie... Une cathédrale, témoignage de la foi, dit-il, est aussi un point culminant du génie humain au cœur de la ville. C'est la douleur que nous avons tous ressentie. En ce qui me concerne, comme conservateur de trésors évidemment, et quand on sait qu'il y a des travaux à la cathédrale également, c'est toujours la hantise de tout conservateur, c'est le feu". Même si des mesures de sécurité existent: "A la Cathédrale de Liège, il y a un plan d'incendie, un plan d'incendie pour le trésor, une centaine de détecteurs incendie. Mais vous savez, ce qui m'affole évidemment, c'est un tout petit quelque chose, et puis l'effet papillon".

De tels événements marquent durablement les esprits

La destruction partielle de Notre-Dame de Paris n'est pas sans rappeler aux Liégeois, celle, volontaire celle-là, de la cathédrale Saint-Lambert à Liège. De tels événements marquent durablement les esprits, car on touche à des symboles. Erik De Beukelaer, vicaire épiscopal du diocèse de Liège: "La cathédrale Saint-Lambert a été détruite par les Liégeois eux-mêmes parce qu'elle était le symbole de l'ancien régime qu'ils voulaient abattre. Mais je crois que ce n'est pas faire injure aux Liégeois de dire aujourd'hui, quelles que soient leurs convictions, qu'ils sont quelque part traumatisés parce que ces bâtiments sont des bâtiments évidemment qui s'adressent aux croyants chrétiens, ce sont des lieux de culte, mais bien au-delà, ce sont des lieux rassembleurs, ce sont des lieux qui sont un peu comme l'âme d'une cité, d'une ville".

Une part de l'âme de la France qui est atteinte

"Il suffisait de voir comme la population était réunie. Une cathédrale aussi éminente, aussi symbolique que Notre-Dame, c'est une part de l'âme de Paris et de la France qui est atteinte ici" conclut Erik De Beukelaer.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK