Impact budgétaire important du coronavirus sur les communes touristiques

Taxes sur les parkings, les embarcations, les nuitées, autant de manque à gagner pour les communes touristiques
3 images
Taxes sur les parkings, les embarcations, les nuitées, autant de manque à gagner pour les communes touristiques - © rtbf

Conséquence directe de la crise sanitaire actuelle : les finances des communes souffrent. Une réalité encore plus palpable pour les villes et communes touristiques.

Petit coup de sonde dans notre Province.

Stavelot : 10% du budget

A Stavelot, le bourgmestre Thierry de Bournonville craint le pire si la situation perdure. Des courses ont déjà été annulées ou reportées à Francorchamps et son inquiétude, c’est maintenant le Grand Prix : "c’est 700.000 euros de recettes pour la ville ". Autre source de rentrée importante liée au tourisme, le parc Plopsa Coo : "rien qu’en redevances de parkings communaux, c’est plus de 200.000 euros ". Et le bourgmestre continue : " 173.000 euros pour les taxes de séjour sur un an, la taxe sur les secondes résidences, c’est 120.000 euros, celle sur les terrasses c’est 3300 euros et la taxe sur les débits de boissons que nous avons décidé de supprimer c’est 4160 euros. Il y a aussi la taxe sur les campings. L’un dans l’autre ce sont des sommes considérables "

Pour Stavelot qui a un budget d’un peu plus de 11 millions d’euros, c’est quand même, si cela se poursuit, 10% du budget.

Spa : déjà 81.000 euros de pertes

A Spa, la bourgmestre est claire : "la première économie de Spa, c’est le tourisme et tout est à l’arrêt."

Sophie Delettre scrute les tableaux budgétaires hebdomadaires fournis par son administration : "on peut chiffrer l’impact du covid-19 à plus de 80.000 euros qui relève des taxes sur les nuitées, de tout ce qui est lié au tourisme, à l’Horeca, les redevances sur les terrasses. On a aussi un impact important sur la régie communale autonome, sur la piscine mais également le centre culturel puisque la saison est à l’arrêt. C’est évident que ça va dépendre de la durée du confinement mais les chiffres pourraient encore augmenter."

A Spa, à l’initiative de l’office du tourisme, une "task force" va être constituée avec les acteurs économiques et touristiques, "un peu comme ce qui se fait au fédéral", précise la bourgmestre, pour préparer la sortie du confinement pour le reste de la saison touristique.

Aywaille : les Grottes et le Monde Sauvage

A Aywaille, le bourgmestre Thierry Carpentier n’a pas encore sorti sa calculette mais, c’est certain, cela aura un impact. "Nous avons deux sites très touristiques, le Monde Sauvage et les Grottes de Remouchamps. Rien que pour les Grottes, c’est plusieurs centaines de milliers d’euros en moins". Taxes sur les secondes résidences, campings, gîtes, nuitées, tout cela va peser : "en plus comme pour d’autres communes rurales, nous avons déjà été touchés par les scolytes qui ont infecté les bois et fait chuter nos rentrées en ventes de bois. C’était il y a à peine quelques mois."

La région wallonne a déjà promis de débloquer des sous pour les communes. Stavelot devrait bénéficier d’une enveloppe de 33.000 euros, Spa de 13.000 et Aywaille de 7000 mais ce ne sont là que quelques exemples.