Immobilier en nette hausse en province de Liège, malgré... ou plutôt à cause de la crise du Covid-19

Immobilier en nette hausse en province de Liège, malgré... ou plutôt à cause de la crise du Covid-19
Immobilier en nette hausse en province de Liège, malgré... ou plutôt à cause de la crise du Covid-19 - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

Malgré... ou peut-être en raison de la crise sanitaire, le marché immobilier a connu une hausse significative l'an dernier en province de Liège. La brique plus que jamais valeur refuge ! Le confinement et le télétravail ont aussi visiblement donné au Liégeois une envie de plus grand confort pour son habitat. C'est ce qui ressort du baromètre annuel réalisé par les notaires de la province.  

Forte progression du prix des appartements, notamment à Liège 

La progression la plus forte concerne les appartements: +7,3 % en 2020 pour atteindre un prix médian de 166 000 euros. C'est surtout le neuf qui a la cote. En témoigne le succès de ces petits immeubles de 2 ou 3 étages qui poussent comme des champignons en périphérie liégeoise mais aussi à la campagne.

Globalement, ce sont toujours les communes comme Chaudfontaine, Esneux, Spa, Huy, Waremme, Hannut et Liège où s'affichent les prix les plus élevés. La Cité ardente a même enregistré une année record: les prix y ont augmenté de 10% l'an dernier.  "Sur 5 ans, on arrive même à une progression de près de 20%", note Aline Hugé, notaire à Liège. Le fait qu'il y ait des projets neufs -qui se vendent très bien et plus chers- renforce évidemment cette tendance. Il y a 2 ans encore, on se demandait comment on pouvait parvenir à vendre un appartement à 2000 ou 3000 euros le m2. Désormais ça ne surprend plus personne !" 

Hausse du prix des maisons, mais plus modérée  

En 2020, le prix des maisons a pour sa part augmenté de 5,1 % pour atteindre un prix médian de 184 000 euros. C'est dans l'arrondissement de Huy que la progression est la plus marquée (+10,8%). Les prix les plus élevés se maintiennent dans les communes comme Neupré, Chaudfontaine, Esneux ou encore dans le pays de Herve (Olne, Thimister-Clermont, Dalhem). Quant aux prix les plus bas, on les retrouve toujours dans les communes du sud-est de la province et dans les anciens bassins industriels. Mais en 2020, ce sont les maisons les plus modestes qui ont proportionnellement le plus augmenté.  

Boom des prix des garages  

Quant aux garages, les prix ont augmenté de 20% en moyenne l'an dernier en province de Liège. Selon Renaud Chauvin, notaire à Verviers, "des clients choisissent d'investir dans un garage car c'est un placement plus abordable qu'un appartement.  Et il y a une réelle demande en matière de location". Et comme le souligne Renaud Grégoire, notaire à Wanze, "si le locataire ne paie pas, vous coupez la télécommande de la porte d'entrée ou vous mettez un sabot et le problème est réglé, ce que vous ne pouvez évidemment pas faire lorsque vous mettez en location un appartement ou une maison. Et donc en matière de gestion locative, c'est plus simple et moins stressant"  

Impact des grands projets urbanistiques sur l'immobilier

A Liège, le retard pris dans le chantier du tram n'a eu aucun impact négatif sur le marché de l'immobilier, selon les notaires de la province.  Le centre-ville de Verviers, par contre, n'en finit plus de pâtir du projet de centre commercial, devenu de plus en plus hypothétique, et du délabrement de la rue Spintay.
"Dans les quartier concernés", précise  Renaud Chauvin, notaire à Verviers, "lorsqu'on doit vendre des maisons sur saisie ou dans le cadre d'une procédure de liquidation judiciaire par exemple, c'est très compliqué de trouver un acheteur car c'est un habitat en très mauvais état, qui n'est pas aux normes au niveau administratif (infractions urbanistiques, arrêtés d'insalubrité,...). Si on ajoute à cela les incertitudes par rapport à ce projet de centre commercial, véritable monstre du Loch Ness (sic), ça n'améliore évidemment pas les choses" 

Incertitudes pour 2021 

Quelles sont les perspectives pour cette année?  Difficile à prévoir,  admettent les notaires, qui estime que l'évolution des prix de l'immobilier dépendra de l'impact de la crise sanitaire sur l'économie et de la variation des taux d'intérêts.

 

 

 

Le baromètre des notaires (JT 06/01/2021)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK