Il y a 100 ans, les Cantons de l'Est devenaient belges

Le 20 septembre 1920, le rattachement des cantons de l’Est à la Belgique était un fait. Ce samedi matin, Elio Di Rupo, le ministre-président de la Wallonie, Pierre-Yves Jeholet, ministre-président de la Fédération Wallonie Bruxelles et Oliver Paasch, ministre-président de la Communauté Germanophone se rendent à Malmedy pour célébrer les 100 ans de l'attachement des Cantons de l'Est à la Belgique.

C'est à la suite du traité de Versailles que les Cantons d'Eupen et de Malmedy deviennent officiellement belges même si la population semblait partagée à ce sujet. 

Alors que les habitants de Malmedy et ses environs, francophones, étaient heureux d’être enfin débarrassés des "Prussiens", les habitants des cantons de Saint-Vith et D’Eupen n'étaient pas forcément favorables à intégrer ce "nouvel" État.

Une consultation populaire est organisée. Le Waimerais Stany Noël explique: "On leur dit simplement, si vous n'êtes pas d'accord, deux livres sont ouverts: l'un à Eupen, l'autre à Malmedy. Vous pouvez aller y apposer votre signature. Ce qui revient à décourager les personnes.

Au final, seulement 272 habitants se sont déplacées pour demander de rester sous l'égide de la nation allemande.


►►► À lire aussi: Il y a 100 ans, on signait le traité de Versailles, Eupen, St-Vith et Malmedy devenaient belges: pas toujours simple!


Dans les années 1930, le nazisme a polarisé les habitants de la région, certains n’arrivaient pas à choisir leur camp. La Seconde Guerre mondiale a cependant laissé des blessures encore plus profondes. Certains Belges des cantons de l’Est ont été enrôlés dans l’armée belge, beaucoup d’autres ont rejoint volontairement la Wehrmacht ou d’autres unités allemandes.

Belgique de l'Est

Aujourd’hui la situation est apaisée, on a même coutume de dire que les germanophones font partie des belges les plus attachés à l'unité du pays. Preuve en est, il y a peu, la communauté même changé de nom pour se faire appeler Ostbelgien (Belgique de l'est). 

La Belgique de l’Est est par ailleurs précurseur en matière de participation citoyenne dans notre pays : des citoyens vont pouvoir directement être à la base de décisions qui les concernent au quotidien.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK