Idée citoyenne du 90 km/h sur autoroute: réaliste ? Acceptable ?

90 km/h sur autoroute : réaliste ? Acceptable ?
90 km/h sur autoroute : réaliste ? Acceptable ? - © Dirk Waem - Belga

Il y a une semaine, nous vous parlions de cette idée d'un citoyen en faveur du climat : considérer les autoroutes comme étant en état de smog permanent et donc y réduire la vitesse à 90km/h en permanence. Nous avons voulu savoir si l'idée était réaliste.

Réduire la vitesse sur autoroute de 120 à 90 km/h, aucun des spécialistes interrogés ne nous a dit que c'était non réaliste. Des études sur la question ont déjà été réalisées. Et pour Noé Lecocq, de la cellule climat-mobilité d'Inter-Environnement Wallonie, non seulement il y aurait des avantages, mais certains seraient prêts à l'accepter.

"En termes d’émissions, qu’il s’agisse d’émission de CO2 ou de polluants qui affectent la qualité de l’air local et la santé, ça aurait des bénéfices qui sont assez évidents. Le principal désavantage sera des temps de trajet qui seront un peu plus longs mais il faut objectiver cela en fonction des conditions réelles de circulation et des effets qu’on peut avoir aussi au niveau de la congestion (NDLR. une vitesse moins élevée amène moins de bouchons, d’où un gain de temps pouvant compenser sur certains trajet une perte de temps dû à la vitesse réduite). Je pense que certains Belges ne sont pas prêts à l’accepter mais d’autres le sont. La société évolue. On voit qu’en France, la limitation de vitesse en zone rurale est passée de 90 à 80 km/h. En Flandre, c’est passé de 90 à 70 km/h et ça a été bien accepté en Flandre. En France cela fait plus débat", détaille le spécialiste.

Quant aux avantages, ils ont été chiffrés : un modèle international estime que passer de 120 à 90 km/h réduirait les émissions de CO2, le gaz carbonique, de 12 pc. Une autre étude a été menée sur un tronçon d'autoroute entre Liège et Anvers. La réduction de CO2 y était de 8,4 pc. Quant aux autres polluants, l'oxyde d'azote a été réduit de près de 27 pc et l'émission de particules fines de 1,2 pc. Un chiffre encore : en moyenne, chaque année, 38 milliards et demi de kilomètres sont parcourus sur nos autoroutes. Une telle réduction de vitesse pourrait économiser 670.000 tonnes de CO2.

Moins d'accidents également

D’autres citent aussi un avantage en matière de sécurité routière. C’est le cas de Benoît Godart, le porte-parole de l'institut Vias : "A 90 km/h, la gravité des accidents baisse de 20% en moyenne par rapport aux accidents qui se passent à 120 km/h. Maintenant, la question est : est-ce que maintenant tous les conducteurs vont respecter cette vitesse de 90 km/h ?"

Et c'est là que le bât pourrait blesser car un quart des Belges estiment qu'il est acceptable de rouler 20 km/h au-dessus de la limitation de vitesse sur autoroute.

Archives : Journal télévisé 13/04/2018

Certaines communes, à Bruxelles, ont décidé d'imposer une limite de vitesse de 30km/h sur tout leur territoire : "Un plus pour la sécurité routière mais aussi pour la pollution sonore et atmosphérique."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK