Huit hooligans condamnés après les débordements du match Standard-Feyenoord

Standard-Feyenoord
Standard-Feyenoord - © NICOLAS LAMBERT - BELGA

Huit supporters de football, qui avaient participé aux incidents survenus lors du match de football d'Europa League entre le Standard de Liège et Feyenoord, ont été condamnés mercredi par le tribunal correctionnel de Liège. Ces hooligans ont écopé de peines allant de 100 heures de travail à 15 mois de prison ferme, à des amendes et à des interdictions de stade allant jusqu'à 15 mois.

Ces huit spectateurs du match de football opposant le Standard de Liège et Feyenoord le 11 décembre 2014 avaient été impliqués dans d'importantes scènes de bagarre les opposant à des supporters adverses et à des policiers.

Ce match avait été placé dans la catégorie des rencontres à risque en raison de l'antagonisme historique qui existait entre les noyaux durs des deux clubs et en raison d'un sentiment de revanche qui animait certains supporters de Liège à la suite des débordements survenus lors du match "aller".

Faits de rébellion et d'outrage

Vers 20h45, un groupe de supporters du Standard avait tenté de forcer un barrage policier pour aller au contact des supporters néerlandais. Vers 22h45, ces supporters avaient forcé en masse l'entrée d'une tribune dans laquelle se trouvaient des "VIP" de Feyenoord. Lors de ces incidents, des policiers et un chien policier avaient été blessés.

Les huit prévenus étaient poursuivis pour des faits de rébellion et d'outrage. Deux d'entre eux, un Néerlandais âgé de 31 ans et un Allemand âgé de 25 ans, avaient de plus commis le vol d'un appareil destiné à des secours en pénétrant dans une ambulance. Ils ont été condamnés par défaut à des peines de un an et 15 mois de prison ferme, à des amendes de 300 euros et à des interdictions de stade d'un an et 15 mois. Leurs arrestations immédiates ont été ordonnées.

Cinq hooligans belges, âgés de 26 à 34 ans, provenant de Namur, Verviers, Engis, Tournai et Seraing, ont été condamnés à des peines allant de 100 à 150 heures de travail, à des amendes et à des interdictions de stade de 10 à 15 mois. Une Sérésienne, âgée de 38 ans, a écopé par défaut d'une peine d'un an de prison, d'une amende et d'une interdiction de stade.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK